Batteries de voitures électriques : à la veille du seuil critique ?

Bien que les véhicules électriques pourraient concourir à la réduction des émissions CO2, leurs batteries constituent un sérieux challenge pour le monde du recyclage. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, des scientifiques mettent en avant la nécessité d'améliorer considérablement les méthodes de recyclage actuelles.


Outre un impact environnemental et humain alarmant lié à l’extraction des matières premières, les batteries au lithium utilisées dans les voitures et autres véhicules électriques, mais aussi dans de nombreux appareils électroniques, pourraient générer une quantité astronomique de déchets. D'où l'importance d'élaborer des méthodes de recyclage plus performantes et de développer des infrastructures plus importantes. C'est tout du moins le discours tenu par les chercheurs de l'Université de Birmingham au Royaume-Uni dans leur article publié le 6 novembre dans la revue Nature.


Selon les scientifiques, le million de véhicules électriques vendus dans le monde en 2017 pourraient éventuellement générer 250 000 tonnes de batteries que les infrastructures actuelles seraient incapables de prendre en charge. Avec des batteries dont la durée de vie peut atteindre les 20 années, couplées à des ventes de véhicules électriques qui ne cessent d'augmenter d'année en année, la quantité de batteries usagées s'annonce énorme.


Pour le principal auteur de l'étude, Gavin Harper, il est important d'anticiper les problèmes avant qu'ils n'aient lieu en prenant pour exemple le problème de gestion des déchets causé par les pneus et les réfrigérateurs dans le passé.


Il est donc temps urgent de trouver des moyens pour recycler les batteries afin de protéger l'environnement tout en récupérant les éléments qui pourraient être réutilisés (comme le lithium, le nickel, le manganèse ou le cobalt), d'autant que la mise à la décharge d'une telle quantité de batteries n'est clairement pas envisageable.


Une des options envisagées consisterait à utiliser les batteries plus assez puissantes pour stocker l'énergie des éoliennes et des parcs solaires, sachant que de nouvelles méthodes pourraient faciliter l'évaluation des batteries en vue de leur réutilisation ou de leur réparation.


La plupart des méthodes de recyclage se basent sur des techniques de pyrométallurgie ou hydrométallurgie très énergivores et polluantes, qui permettent d’extraire des métaux dont la qualité est souvent mauvaise.


Selon les auteurs de l'étude, l'idéal serait de pouvoir réutiliser des cathodes réhabilitées directement dans de nouvelles batteries, sans qu'il ne soit nécessaire de les séparer des différents métaux par le biais de techniques à la fois coûteuses et polluantes. Les fabricants de batteries doivent également prendre leur responsabilité : en concevant des dispositifs plus faciles à démonter, ils pourront favoriser la réutilisation des éléments présents dans ces dernières.


 


Source : Vice


 

Actualités similaires

Toutes les actualités

© Mega Piles - 4.8 / 5 sur 9417 avis