Menu

Le tri des piles fait par des personnes en insertion à Bletterans

Le tri des piles fait par des personnes en insertion à Bletterans

En France, il existe quatre centres de tri de piles, dont le plus important est situé Bletterans, dans le Jura. Toutes les piles du Grand Est de l’hexagone sont triées ici. « Nous sommes le plus petit centre en unité, mais le plus gros en termes de tri, explique Denis Lamard, directeur adjoint de l’ADLCA. Les autres sont privés et dépendent de grands groupes. Mais 3 500 tonnes de piles par an passent entre nos mains, sur les 11 000 collectées en France. » L’ADLCA, c’est l’Association départementale de lutte contre les addictions. Car oui, ce sont des personnes en insertion qui font tourner cette unité de Bletterans. L’objectif est de « permettre à chaque personne accueillie pour une quelconque addictologie de trouver un parcours sur mesure, pour arriver à une finalité de projet de réinsertion professionnelle sociale, familiale ». Ainsi, c’est une vingtaine d’emplois qui ont été créés à Bletterans.

Denis Lamard explique également comme se déroule le tri des piles. « Les piles passent sur un premier tapis. Deux personnes sont chargées d’enlever les grosses pièces et les indésirables. Puis, un second tapis, permet de récupérer les piles boutons, celles qui sont rondes et plates. Le troisième tapis, demande un gros travail de concentration. » En effet, toutes les piles ne possèdent pas les mêmes composants. Il faut donc savoir différencier les piles alcalines, les piles salines, les piles lithium, les piles zinc air… « Problème pour un œil novice, elles se ressemblent toutes, dit-il. Il faut deux mois pour former un bon trieur. Nous avons droit à 1 % d’erreur, mais nous sommes en dessous. »

Les erreurs peuvent être très dangereuses, notamment en cas d’incendie. C’est pourquoi toutes les piles qui ne sont pas alcalines sont vérifiées une deuxième fois. « Nous mettons une matière minérale pour séparer au maximum les piles les unes des autres, précise Alain Spitz. Les piles boutons au lithium sont un peu notre bête noire. Le risque d’incendie existe forcément et le feu de lithium est très délicat ». En 2019, le centre de tri de Bletterans en a déjà fait les frais… Un fût qui contenait des piles au lithium a prit feu. Pour l’éteindre les sapeurs-pompiers ont dû noyer le feu dans du sable. Heureusement, aucun blessé n’a été reporté.

Source : LeProgrès