Actualités




: Le français Saft fait l'acquisition d'une société américaine

Le français Saft fait l'acquisition d'une société américaine

Le français Saft, aujourd'hui filiale du groupe Total, vient d'annoncer l'acquisition de l'intégralité du capital social de Go Electric Inc. Cette société américaine est spécialisée dans la conception de solutions de stockage d'énergie destinée aux micro-réseaux.


La technologie développée par cette entreprise basée dans l'Indiana vise à isoler les clients du réseau principal, en cas de panne, pour leur permettre de continuer leur activité. Une technologie déjà déployée aux États-Unis et au Canada sur des sites commerciaux et des sites militaires qui peut intégrer et répartir de grandes quantité d'énergie renouvelables.



: Du lithium dans l'eau : une bonne idée ?

Que se passe-t-il si l'on met du lithium dans un verre d'eau ? Un internaute a fait l'expérience en vidéo. Pour un résultat plutôt explosif que le jeune homme a certainement aussitôt regretté !


Vous l'aurez compris, il s'agit-là d'une expérience potentiellement très dangereuse qu'il ne faut SURTOUT PAS reproduire chez vous, au risque de sévèrement vous blesser ou mettre le feu à votre habitation !



: Sommet des acteurs du lithium à Santiago du Chili

Sommet des acteurs du lithium à Santiago du Chili

Plus de 400 entreprises impliquées dans le secteur du lithium se réunissent cette semaine à Santiago du Chili (premier pays producteur de lithium) pour la 11e édition de la conférence mondiale "Offre et Marchés", organisée par l'agence Fastmarkets.


L'occasion d'évoquer quelques sujets parmi les plus brulants du moment, dont l'explosion des ventes de voitures hybrides et électriques ou encore le manque de transparence concernant les prix du précieux métal qui ont connu des épisodes de grande instabilité avec des chutes et des pics très importants. Actuellement, le prix d'une tonne de lithium est d'environ 12 000 dollars.


Quant à la demande, elle devrait considérablement augmenter dans les années à venir. Selon les analystes du cabinet britannique Roskill, on pourrait atteindre une demande équivalente à 1 million de tonnes de carbonate de lithium en 2026. À titre de comparaison, la demande était d'un peu plus de 320 000 tonnes en 2018.


Pour atteindre ces objectifs, il va falloir investir. Selon les spécialistes, la majorité de ces futurs investissements concerneront quatre acteurs parmi les plus importants du secteur : Tianqi Lithium (Chine), SQM (Chili), Albemarle et Livent (USA).


Source : LesEchos



: Varta veut accélérer sa production

Varta veut accélérer sa production

Varta a récemment récupéré sa division grand public (précédemment détenue par Energizer qui a été contraint par la Commission européenne de céder Varta Consumer Batteries à Varta).


Le groupe allemand ambitionne désormais de procéder à l'augmentation sa production de cellules de batteries en la faisant passer à 100 millions d'ici 2021, avec une première phase à 80 millions en 2020. L'objectif : répondre à un marché qui connaît une croissance fulgurante, supérieure à 30 % par an.


Varta espère par ailleurs détenir environ la moitié du marché des batteries lithium-ion d'ici 2020. Pour y parvenir, la firme prévoit d'investir environ 100 millions d'euros en prenant appui sur ses fonds propres et sur une éventuelle augmentation de capital.



: Alstom fournit des trains à hydrogène à l'Allemagne

Alstom fournit des trains à hydrogène à l'Allemagne

Alstom vient de remporter un contrat de 360 millions d'euros. L'objet de la transaction : Fournir 27 trains régionaux utilisant des piles à combustible à la région de Francfort.


Ces trains, dont la maintenance et la livraison d'hydrogène devraient être assurées par Alstom pendant 25 ans, vont progressivement remplacer les trains au diesel sur lesquels les autorités locales ont décidé de faire une croix, pour des raisons principalement environnementales.


Garantis "zéro émission" (si ce n'est de la vapeur d'eau et de l'eau condensée), 14 des 27 trains commandés devraient commencer leur labeur d'ici 2022. Une fois mis en service, ils devraient permettre à l'Allemagne de se hisser à la première place des pays possédant le plus grand nombre de trains à hydrogène dans le monde.



: La batterie au lithium textile venue de Hong Kong

La batterie au lithium textile venue de Hong Kong

Une équipe de chercheurs de l'Institut du textile et du vêtement (ITC) de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) vient de dévoiler une pile au lithium texte. Performante, fiable et surtout flexible, elle se destine à diverses applications, telles que les textiles intelligents, la médecine, les smartphones, l'internet des objets...


Dotée d'une densité énergétique de plus de 450 Wh/L et d'une épaisseur de 0,5 mm, l'invention de PolyU possède un rayon de courbure inférieur à 1 mm, avec une capacité de pliabilité supérieure à 1 000 cycles. En termes de vitesse de recharge et de durée de vie, PolyU annonce des performances comparables à celles des batteries au lithium classiques.


Les tests réalisés en laboratoire ont quant à eux démontré la sécurisation, la stabilité et la durabilité des batteries flexibles de PolyU, même sous la contrainte (pliage, martelage, coupe).


Selon le professeur Zheng Zijian, à la tête de l'équipe de recherche, cette technologie, qui a déjà remporté trois prix durant le dernier Salon international des inventions de Genève, pourrait avantageusement répondre aux besoins d'un marché de l'électronique portable qui devrait connaître une croissance de 20 % par an.


 


Source : Mode in Textile



: Apple promet plus de transparence sur ses batteries

Apple promet plus de transparence sur ses batteries

Il y a quelques jours, Apple s'est fait rappeler à l'ordre par un groupe de consommateurs britanniques pour avoir surévalué l'autonomie des batteries de ses derniers smartphones.


De son côté, la Competition and Markets Authority (CMA), l'équivalent britannique de notre Autorité de la concurrence, s'intéresse depuis 2018 pratiques du célèbre constructeur, après une dégradation des performances de certains iPhone à la suite d'une mise à jour de leur OS. C'est plus spécifiquement la version 10.2.1 qui a beaucoup fait parler d'elle début 2017.


À la suite de cette enquête, Apple s'est engagé à fournir à ses utilisateurs des "informations claires et compréhensibles" sur ses batteries et l'éventuel impact des mises à jour logicielles sur leurs performances, par le biais de notifications.


Apple doit également améliorer l'accessibilité des informations relatives à l'état de la batterie et les extinctions inopinées de l'appareil liées à la dégradation naturelle des composants internes. Les utilisateurs devraient par ailleurs profiter de conseils pour optimiser les performances de leurs batteries.


Si le groupe ne respecte pas ses engagements, il pourrait faire l'objet d'une action devant les tribunaux.



: Une équipe japonaise conçoit des batteries auto-réparables

Une équipe japonaise conçoit des batteries auto-réparables

Des ingénieurs de l'Université de Tokyo auraient trouvé le moyen de produire des batteries ayant la capacité de s'autoréparer.


Comme vous le savez sans doute, les batteries au lithium-ion perdent de leur capacité de recharge au fil du temps, à cause de la formation de dendrites et de fissures. C'est pour cette raison qu'elles finissent parfois par devenir totalement inutilisables au bout de quelques années seulement. Un phénomène problématique pour le consommateur, mais dont les conséquences sur l'environnement ne sont pas non plus à prendre à la légère.


Une équipe d'ingénieurs de l'Université de Tokyo, menée par le professeur Atsuo Yamada, serait toutefois parvenue à mettre au point un procédé d'autoréparation permettant de considérablement améliorer la durée de vie des batteries.


Les scientifiques japonais ont conçu un accumulateur en s'appuyant sur un matériau modèle, l'oxyde d'oxygène redox, ont non seulement observé une diminution de la dégradation due aux recharges, mais aussi la réparation des différentes couches. Un phénomène surprenant qui serait dû à l'attraction coulombique, une force plus importante que la force de Van der Waals, responsable directe de la dégradation des batteries.


 


Image d'illustration : Adafruit Industries



: Un procédé capable de recycler 95 % des batteries lithium-ion

Un procédé capable de recycler 95 % des batteries lithium-ion

Une entreprise québécoise a annoncé qu'elle était en mesure de recycler 95 % des matériaux des batteries au lithium-ion, apportant ainsi une réponse concrète aux problèmes de pollution et d'approvisionnement.


Contenant des matériaux issus d'une industrie peu soucieuse des enjeux écologiques, les véhicules électriques sont régulièrement sous le feu des critiques. Certains observateurs commencent même à douter très sérieusement de la pertinence d'une telle technologie, pourtant longtemps présentée comme "l'alternative écologique aux énergies fossiles".


Heureusement, certaines entreprises tentent d'améliorer l'image du secteur de l'électrique en apportant des solutions innovantes. C'est notamment le cas de Recyclage Lithion, une société québécoise qui mène des recherche dans le domaine de l'approvisionnement et de la pollution liés aux batteries lithium-ion. Elle vient de mettre au point un procédé permettant de recycler 95 % des composants des batteries au lithium-ion usagées pour les réutiliser dans de nouvelles batteries.


Le projet a été mené conjointement avec des ingénieurs industriels experts de Seneca, le laboratoire du Centre d'études des procédés chimiques du Québec du Collège de Maisonneuve et le Centre d'excellence en électrification des transports et stockage d'énergie. Il permettrait d'obtenir des matériaux purifiés et pourrait permettre un recyclage infini. Tout du moins, en théorie.


De la suite dans les idées, Recyclage Lithion a d'ores et déjà prévu la construction d'une usine à Montréal. Cette usine pilote, dont l'ouverture est prévue pour 2020, permettra de valider l'efficacité du procédé et de l'améliorer. Elle pourra traiter 200 tonnes de batteries usagées par an. Si le succès est au rendez-vous, cette première usine pourrait même avoir une "petite soeur" capable de traiter 2 000 tonnes par an, voir 10 000 tonnes !


 


Source : Auto123


 



: Projet Super-Lion : pour des batteries plus fines et sécurisées

Projet Super-Lion : pour des batteries plus fines et sécurisées

Malgré leur popularité et leur prédominance dans nos smartphones et autres appareils nomades, les batteries lithium-ion sont régulièrement sous le feu de vives critiques. En cause : des problèmes de sécurité, des performances aujourd'hui assez limitées, un impact environnemental et social important et une matière première qui commence à se faire rare.


En réponse aux batteries lithium-ion actuelles possèdent un électrolyte liquide qui peut causer une certaine instabilité, le Docteur Knut Bjarne Gandrud, soutenu par le programme Marie Curie et assisté par deux étudiants, a conçu un électrolyte solide.


Si l'idée n'est pas nouvelle, ce projet, nommé SUPER-Lion, va plus loin en introduisant un électrolyte certes solide, mais surtout ultramince. D'une épaisseur de 40 nanomètres, le dispositif ouvre la voie à une génération de batteries capable d'alimenter des appareils aux dimensions extrêmement réduites.


Outre sa taille de guêpe, la technologie développée par le Dr Gandrud a dévoilé une durée de vie plus longue qu'une batterie similaire contenant un électrolyte liquide, même si elle ne permet pas, pour le moment, une restitution complète de la capacité de la batterie une fois celle-ci déchargée.



: Boeing remet le prix de fournisseur de l'année à Saft

Boeing remet le prix de fournisseur de l'année à Saft

Le 8 mai dernier, Boeing a remis le prix "Fournisseur de l'Année" (catégorie "Advantage Award") à Saft pour ses batteries. La société française fait partie des 13 fournisseurs à s'être vu décerner une distinction, parmi les quelque 12 000 fournisseurs, répartis dans 57 pays, que compte actuellement le groupe américain.


Ce prix vient distinguer les fournisseurs dont les produits et les services présentent un vrai avantage concurrentiel et qui ont dépassé les objectifs et la rentabilité attendus.


En 2018, Saft a remporté un nouveau contrat avec Boeing, visant à fournir des systèmes embarqués de batteries rechargeables au nickel destinés aux Boeing 777 et 777-X.



: Iphone : une autonomie surévaluée par Apple ?

Iphone : une autonomie surévaluée par Apple ?

Selon le groupe de consommateurs Which?, Apple aurait quelque peu surévalué l'autonomie des batteries de ses smartphones.


Après avoir testé 9 iPhone en contexte d'appel continu, l'organisme britannique a en effet constaté une différence de 18 % à 51 % entre les estimations d'Apple et les résultats obtenus. L'écart serait particulièrement marqué pour l'autonomie en conversation avec l'iPhone XR : un peu plus de 16 heures et 30 minutes, contre 25 heures annoncées par le constructeur !


À titre de comparaison, sur les quatre autres marques testées, seule HTC aurait légèrement surévaluée les performances de ses appareils, avec un écart raisonnable de 5 %. Nokia, Samsung et Sony ont pour leur part tendance à sous-évaluer l'autonomie de leurs smarphones respectifs.


Après la publication de l'étude, Apple n'a pas manqué de monter au créneau en affirmant avoir réalisé des tests rigoureux sur des appareils d'ailleurs conçus pour gérer intelligemment la consommation d'énergie dans le but d'améliorer la durée de vie des batteries.


 


Source : Forbes


 



: Pile à hydrogène : Bosch se lance dans l'arène

Pile à hydrogène : Bosch se lance dans l'arène

Bosch, que l'on connait notamment pour son implication importante dans l'industrie automobile, a décidé de se lancer à son tour dans la grande bataille de la pile à hydrogène, après l'arrêt de sa production de batteries électriques.


L'équipementier allemand vient en effet d'annoncer un partenariat avec Powercell Sweden AB, ancienne filiale suédoise de Volvo. L'objectif de cette union : mettre sur le marché une pile à combustible d'ici 2022. La collaboration portera notamment sur le développement du coeur des piles, dans lequel ont lieu les réactions chimiques permettant de générer de l'énergie.


Dénuée de rejets carbone, dotée d'une meilleure autonomie que les batteries électriques et d'une recharge de vitesse supérieure à ces dernières, la pile à combustible à hydrogène est confrontée à un problème majeur. La fabrication de son "carburant", l'hydrogène, nécessite beaucoup d'énergie. Qui plus est, le nombre de stations qui permettent aux véhicules à hydrogène de refaire le plein reste pour l'heure très limité.


 


Source : Le Point



: Une batterie de sous-marin qui se recharge avec des excréments de poissons

Une batterie de sous-marin qui se recharge avec des excréments de poissons

Indispensables à l'exploration des fonds marins, les sous-marins modernes sont dotés de batteries dont l'autonomie reste encore aujourd'hui très limitée. Des performances qui impliquent des remontées régulières et qui poussent parfois les scientifiques à abandonner leur engin dans les profondeurs.


La marine américaine s'est fixée pour projet de résoudre cet épineux problème en tirant parti des piles à bactéries ou piles microbiennes (MFCs). Leur pouvoir : générer de l'énergie en utilisant les excréments de poisson, à la fois renouvelables et particulièrement abondants.


Ces piles, dont le mode de fonctionnement est déjà connu et testé dans d'autres contextes, s'appuient ainsi sur la voracité de certaines bactéries envers les déchets organiques. En contact avec le dépôt d'excréments, les bactéries libèrent des électrons au moment de leur digestion, permettant ainsi à la pile de se recharger.


À l'oeuvre depuis 2014, l'équipe de scientifiques à l'origine du projet est parvenue à maintenir en état de fonctionnement un capteur pendant huit mois à l'aide d'une pile miniature. Pour l'heure, le rendement de ces piles, encore très faible, ne permet toutefois pas d'envisager le rechargement d'une batterie de sous-marin.


 


Source : Sciences et Avenir



: Vidéo : une méthode surprenante pour tester des piles

Mr Michal, un internaute spécialisé dans les expériences en tous genres, s'est amusé à tester des piles de grandes marques (Varta, Duracell et Energizer) pour déterminer laquelle des trois est la plus endurante. Sa technique ? Placer les piles en question dans un tunnel fermé (une boucle infinie) réalisé en fil de cuivre. En plus de leur autonomie, l'auteur de la vidéo est même allé jusqu'à tester leur vitesse !



: Volkswagen optimiste au sujet des batteries de ses voitures électriques

Volkswagen optimiste au sujet des batteries de ses voitures électriques

Pour ses prochaines générations de voitures électriques, Volkswagen prévoit des batteries dont la durée de vie devrait égaler celle des véhicules actuels.


Frank Blome, responsable du développement et du centre de batterie chez le constructeur allemand, annonce des chiffres prometteurs. Selon ses dires, les batteries de ces voitures conserveront une capacité minimale de 70 % après 8 ans ou 160 000 km de bons et loyaux services. Les mieux informés noteront toutefois qu'il s'agit-là d'estimations finalement assez proches de celles annoncées par les autres constructeurs automobiles. Ce qui reste dans l'absolu plutôt rassurant.


Mais Volkswagen prévient : pour parvenir à cet objectif, il faudra faire l'impasse sur la recharge rapide et sur la recharge complète des prochaines Volkswagen ID, qui ont toutes les deux tendance à dégrader les batteries de manière précoce.


Dernièrement, Elon Musk avait d'ailleurs lui-même conseillé à une propriétaire de Tesla de ne pas recharger sa voiture à plus de 95 % de ses capacités.


 


Source : Caradisiac



: Saft et PSA s'associent pour faire rayonner la batterie européenne

Saft et PSA s'associent pour faire rayonner la batterie européenne

Le groupe PSA et Saft souhaitent transformer une usine d'Opel située en Allemagne, dans la ville de Kaiserslautern, en site de fabrication de cellules pour batteries. Une demande de subvention est en cours auprès de la Commission européenne.


L'alliance des deux géants s'inscrit dans le projet "Airbus des batteries" visant à contrecarrer la mainmise de l'Asie sur le secteur des batteries automobiles. Soutenu par la France et l'Allemagne et par un budget alloué de 1,7 milliard d'euros, ce grand projet réuni déjà six consortiums rassemblant au total plus de trente entreprises dont Volkswagen, Siemens, Varta, BMW et désormais PSA et Saft !



: Le gros smartphone d'Energizer rate sa campagne de financement

Le gros smartphone d'Energizer rate sa campagne de financement

Présenté à l'occasion du MWC 2019, l'imposant Energizer Power Max P18K Pop avait fait l'objet d'une campagne de financement participatif, lancée par Avenir Telecom, sur IndieGogo. Fixé à plus d'un million de dollars, l'objectif n'a pas du tout été atteint à l'issue de la campagne. En effet, seulement 15 005 dollars ont pu être récoltés, soit à peine 1% de l'objectif.


Totalement à contre-courant de la tendance actuelle, qui privilégie la finesse et les performances à l'autonomie, le smartphone d'Energizer n'a pas vraiment suscité l'enthousiasme escompté, passé l'effet de surprise de son annonce. Rendez-vous manqué ou réel désintérêt des consommateurs ? Difficile à dire en l'état, même s'il faut avouer que l'embonpoint de ce smartphone doté d'une autonomie théorique de 50 jours, ne jouait clairement pas en sa faveur !



: Un pacemaker qui se recharge avec les battements du coeur

Un pacemaker qui se recharge avec les battements du coeur

L'une des principales problématiques liées aux pacemakers est qu'il est nécessaire de les recharger tous les 2 à 3 ans, ce qui implique une opération assez lourde. Un appareil testé sur le porc par une équipe de chercheurs chinois pourrait permettre à une prochaine génération de stimulateurs cardiaques de faire son apparition. Sa particularité : être capable de se recharger de manière automatique grâce à l'énergie générée par les battements du coeur.


Les pacemakers permettent à des millions de personnes dans le monde de vivre une vie relativement normale. Malgré les évolutions technologiques, ces appareils restent malgré tout "volumineux, rigides et ont une durée de vie courte", comme le précise Tim Chico, professeur en médecine cardiovasculaire exerçant au Royaume-Uni.


Les choses pourraient toutefois changer à l'avenir. L'appareil autonome conçu par les chercheurs chinois est en effet doté d'un pacemaker, d'une unité de gestion de l'alimentation et d'un dispositif destiné à récupérer l'énergie généré par les battements du coeur. Fixée à la surface du coeur, l'unité de récupération d'énergie est constituée d'une fine feuille de plusieurs couches de métaux. En battant, le coeur provoque une déformation de la feuille et le frottement des métaux, générant ainsi de l'électricité grâce à l'effet triboélectrique. L'unité de gestion de l'alimentation permet quant à elle au pacemaker de récupérer de l'énergie lorsqu'il en a besoin.


Testé sur plusieurs porcs, dont le coeur est proche de celui de l'être humain, le dispositif a démontré son efficacité. Il a notamment permis de réguler l'arythmie cardiaque des individus souffrant de cette anomalie, même s'il requiert pour le moment une heure de battements pour une seule minute d'alimentation.


Malgré les résultats positifs obtenus, il reste encore du chemin avant que l'appareil puisse être appliqué sur l'être humain. Implanter le dispositif autour du coeur des patients nécessite en effet une chirurgie à coeur ouvert, même si d'autres muscles peuvent potentiellement fournir l'énergie requise pour recharger le pacemarker, comme le souligne Tim Chico.


 


Source : Sciences & Avenir



: Étude sur l'ingestion des piles boutons par les enfants

Étude sur l'ingestion des piles boutons par les enfants

Une étude publiée le 12 avril 2019 dans la revue Pediatrics met en lumière un phénomène pointé du doigt par de nombreux parents et médecins : l'ingestion des piles boutons par les enfants.


Selon les recherches menées par une équipe américaine, le nombre d'ingestions de corps étrangers chez les enfants de moins de 6 ans a quasiment doublé entre 1995 et 2015, passant de 22 000 cas à 43 000 cas. Une augmentation qui pourrait également être due à des patients mieux informés qui n'hésitent plus à se rendre à l'hôpital en cas d'incident.


Si les petits objets les plus souvent avalés par les enfants restent de loin les pièces de monnaie, celles-ci sont toutefois bien moins dangereuses pour la santé que les piles, en raison des brûlures liées aux réactions chimiques de ces denières.


Prise de plus en plus au sérieux par les fabricants, l'ingestion des piles boutons a abouti récemment à la création de packagings mieux sécurisés chez Duracell.



: Borophène : pour des batteries encore plus performantes

Borophène : pour des batteries encore plus performantes

Alors que les batteries au graphène ne sont pas encore sorties des laboratoires, un nouveau matériau "miracle" commence à faire parler de lui : le borophène.


Derrière ce nom se cache une très fine feuille d'atomes de bore (élément voisin du carbone), d'un atome d'épaisseur, adoptant une forme allotropique (c'est-à-dire pouvant prendre différentes formes physiques). On parle ici de "matériau bidimensionnel", comme dans le cas du graphène (qui est quant à lui composé de carbone).


Théorisé en 1996 et produit depuis 2015, le borophène est obtenu par vaporisation du gaz de bore sur une surface froide en argent pur, poussant le bore à adopter une structure particulière contenant des trous. Considéré comme un meilleur conducteur que le graphène, le borophène peut également transporter les ions. Il est également doté d'une meilleure capacité.


En somme, le borophène pourrait aider les fabricants à concevoir des piles et des batteries plus rapides à recharger. Couplé au sodium, qu'on trouve plus abondement que le lithium, ce nouveau matériau pourrait permettre à des batteries plus performantes de voir le jour dans les années à venir. D'autant que le borophène est également capable de stocker de l'hydrogène et de piéger le CO2 !


Au vu de ses caractéristiques prometteuses, le borophène a tout du matériau miracle. Pour pouvoir éventuellement en profiter, il faudra néanmoins s'armer de patience, les recherches n'étant pour le moment qu'à leurs balbutiements !


 


Source : Le blog auto


 



: Une Tesla Model S prend mystérieusement feu dans un parking

Une Tesla Model S s'est enflammée dans un parking de Shanghai, sans que l'on en connaisse pour l'heure la raison exacte. Tesla a immédiatement envoyé une équipe sur place pour déterminer la cause de cet incendie spectaculaire.


L'incendie a été filmé par une caméra de surveillance, située dans un parking de Shanghai, en Chine. Sur la vidéo initialement publiée sur Weibo, et déjà visionnée à plus de 20 millions de reprises par les internautes, on distingue très clairement de la fumée s'échapper du dessous de la Tesla blanche. Elle est alors rapidement suivie d'une explosion impressionnante, qui n'aurait heureusement fait aucun mort ni blessé.


Qu'est-ce qui a pu causer une telle réaction en chaine, alors que le véhicule était stationné, dans un état visiblement intact ? C'est ce que l'équipe dépêchée par Tesla devra désormais déterminer.


Selon Tesla, ses véhicules auraient dix fois moins de chance de prendre feu que les véhicules thermiques. Au cours des six dernières années, 14 Tesla ont pris feu, la plupart du temps à la suite d'un accident. On peut toutefois dénombrer au moins un cas similaire, relatée en juin 2018 par l'actrice américaine Mary McCormack.



: Tesla : Elon Musk déconseille la recharge complète

Tesla : Elon Musk déconseille la recharge complète

Le très médiatisé Elon Musk, a répondu sur Twitter à une propriétaire de Tesla Model 3 qui se demandait si elle devait ou non recharger totalement son véhicule chaque nuit.


En guise de réponse, le patron de Tesla a indiqué qu'il conseillait aux utilisateurs de privilégier une recharge entre 90 % et 95 %. Pourquoi éviter la recharge complète ? À 100 % de charge, le système de freinage régénératif, qui permet à la batterie de se recharger en partie lorsque le véhicule freine, n'est plus actif. Résultat : la voiture bénéficie d'un rendement énergétique moins important et la batterie subit dans le même temps une dégradation plus rapide.


Par défaut, les voitures fournies par Tesla sont d'ailleurs bridées pour limiter le rechargement à 80 % des capacités de la batterie. Une limite qu'il est toutefois possible de configurer ou de faire totalement sauter. Il est ainsi possible d'opter pour un bridage volontaire situé entre 50 % et 100 %, même si, on l'aura compris, il est vivement conseillé de ne pas aller au-delà des 95 % !



: La Tesla Model S et Model X pourraient se doter de batteries plus performantes

La Tesla Model S et Model X pourraient se doter de batteries plus performantes

Les Model S et Model X de Tesla pourraient prochainement bénéficier d'une amélioration de leur autonomie grâce à de nouvelles batteries plus performantes.


C'est au site Electrek que l'on doit cette rumeur : en 2019, la Tesla Model S et la Model X pourraient en effet bénéficier des mêmes cellules de batteries que la Model 3. Elles gagneraient ainsi en autonomie et pourraient profiter de la recharge à 250 kW permise par les superchargeurs.


Pour Tesla, l'intérêt économique est évident. En uniformisant les batteries de ses différents véhicules, la firme pourrait mieux maitriser ses coûts de production.


Au début du mois d'avril, le même site avait révélé que Tesla planifiait de modifier les moteurs de ces deux modèles. Une information qui semble concorder avec cet (encore hypothétique) changement de batteries.



: Bientôt une moto électrique à batteries amovibles chez Kawasaki ?

Bientôt une moto électrique à batteries amovibles chez Kawasaki ?

Et si la prochaine Kawasaki Ninja était une moto électrique ? C'est un brevet mentionnant une batterie amovible qui semble le présager.


Sur le brevet déposé par Kawasaki Motors, on décèle en effet un dispositif qui pourrait clairement servir à échanger une batterie avec l'aide d'un chariot. Ces échanges de batteries pourraient être prises en charge dans des stations dédiées, sur un modèle peut-être similaire à celui développé il y a quelques années par la société Better Place avec les voiture électriques. Le projet, qui avait même séduit le patron de Renault, fut toutefois un cuisant échec et entrena la faillite de Better Place en 2013.


S'il est encore trop tôt pour affirmer que cette innovation verra effectivement le jour (rappelons qu'il ne s'agit pour l'heure que d'un simple brevet), d'autres indices semblent toutefois abonder dans ce sens : notamment une nouvelle norme portant sur la recharge et l'échange de batteries pour motos électriques, récemment mise au point par le Big Four japonais… auquel appartient justement le constructeur Kawasaki.



: Elon Musk dévoile la durée de vie des batteries de la Tesla Model 3

Elon Musk dévoile la durée de vie des batteries de la Tesla Model 3

Elon Musk, patron de Tesla, a dévoilé la durée de vie de la batterie de sa Tesla Model 3, ainsi que le coût de son remplacement.


C'est par le biais de Twitter qu'Elon Musk a indiqué que la batterie de la Tesla Model 3 pouvait tenir de 300 000 à 500 000 miles, soit de 483 000 à 805 000 km. Une durée de vie correspondant à environ 1 500 cycles de recharge, selon l'intéressé.


Une fois la batterie hors d'usage, il est alors nécessaire de procéder à son remplacement. Une opération estimée quant à elle entre 5 000 et 7 000 dollars.


Enfin, pour ce qui est du moteur du véhicule, Elon Musk indique une conception calquée sur celle d'un camion commercial, soit une durée de vie d'un million de miles (environ 1,6 million de kilomètres ).


Pour rappel, une Tesla Model 3 au prix de base de 35 000 dollars a récemment été commercialisée aux USA. Ce modèle "plus abordable" n'est toutefois plus disponible à l'heure actuelle, à la suite de problèmes de disponibilités.



: Volkswagen sécurise son approvisionnement en lithium pour 10 ans

Volkswagen sécurise son approvisionnement en lithium pour 10 ans

Volkswagen s'engage au côté de Ganfeng, une entreprise chinoise spécialisée dans la fourniture de lithium. L'objectif de cette collaboration : assurer un approvisionnement de lithium de cellules de batteries au constructeur allemand pour les 10 ans à venir.


Avec ce geste stratégique, Volkswagen montre son intention de ne pas passer à côté du florissant marché des véhicules électriques, alors que les demandes en lithium ne cessent d'augmenter, sachant qu'une batterie de véhicule électrique nécesssite plus de 20 kg du précieux métal.


Devant faire face à une amende record d'un montant d'un milliard d'euros, en raison de son rôle joué dans l'affaire du Dieselgate, le groupe allemand prévoit ainsi de commercialiser 70 nouveaux modèles électriques d'ici 2028 et de vendre environ 22 millions de voitures électriques durant les 10 années à venir.



: Snapchat : meilleur ennemi de votre batterie

Snapchat : meilleur ennemi de votre batterie

Vous avez la sensation de recharger votre smartphone plus que de raison ? La cause de votre agacement n'est peut-être pas tant à chercher du côté de la batterie de votre téléphone que de celui des applications que vous utilisez, et notamment de Snapchat.


La start-up nantaise Greenspector, spécialisée dans l'optimisation des applications, s'est en effet penchée sur l'impact des applis de messagerie les plus populaires du moment. Elle a ainsi mis en évidence l'incroyable voracité de Snapchat, qui consomme à elle seule 30 mAh, contre 5,65 mAh pour WhatsApp, le meilleur élève du classement (talonné de près par WeChat et Line).


Selon l'étude menée par Greenspector en février 2019, il serait ainsi difficilement envisageable de dépasser les 2 heures d'autonomie en utilisant Snapchat en continu (contre un peu moins de 7 heures pour Messenger et plus de 9 heures avec WhatsApp).


Enfin, Snapchat s'illustre aussi avec un volume de données échangées bien plus conséquent que les autres applications testées.



: Un système de pile à combustible en kit pour vélo

Un système de pile à combustible en kit pour vélo

Et si vous donniez une seconde jeunesse à votre bon vieux vélo ? C'est l'idée derrière le projet LiteFCBike, un système de pile à combustible à intégrer à son vélo pour le transformer en vélo électrique.


Présenté par l'institut Fraunhofer durant la foire de Hanovre, en Allemagne, le projet LiteFCBike prend la forme d'un kit de motorisation compact (348 x 153 x 47 mm) utilisant des cartouches.


Capables de produire jusqu'à 70 Watts de puissance nominale, ces piles rechargent une batterie tampon dont le rôle est d'alimenter le moteur électrique à 260 Watts. Une capacité pour le moment en deçà de ce que peut fournir un vélo électrique classique, qui pourrait s'améliorer à l'avenir. Fraunhofer est en effet en train de travailler sur l'élaboration de réservoirs dotés d'une meilleure capacité.



: Saft s'associe à Tianneng pour se développer en Chine

Saft s'associe à Tianneng pour se développer en Chine

Le 4 avril dernier, Saft a annoncé la création d'une coentreprise avec le groupe chinois Tianneng Energy Technology (TET). Implantée en Chine, cette nouvelle entité sera spécialisée dans la production de cellules de batteries lithium-ion pour véhicules électriques et le stockage énergétique. Elle sera détenue à 40 % par Saft et 60 % par Tianneng. Les éléments en question seront produits au sein de la gigafactory de Changxing, qui devrait offrir à terme une capacité de 5,5 gigawatts-heures.


Avec cette collaboration, Total (propriétaire du groupe Saft) entend profiter du marché en plein essor des batteries sur le territoire chinois. Selon Ghislain Lescuyer, actuel directeur général de Saft, la coentreprise "va nous permettre de franchir une nouvelle étape et d’accroître considérablement notre présence sur le marché du Li-on chinois qui concentrera plus de 40% de la demande mondiale d'ici 2025 et de développer nos activités mondiales".


De son côté, Tianneng, leader mondial dans la production des batteries acide-plomb, ce rapprochement est l'occasion de profiter des 30 d'expérience du leader français dans la technologie lithium-ion.





© Mega Piles - 4.8 / 5 sur 8969 avis