Actualités




: L'Allemagne veut extraire son propre lithium

L'Allemagne veut extraire son propre lithium

Pour mettre fin à sa dépendance vis-à-vis de l'Asie, l'Allemagne réfléchit sérieusement à produire son propre lithium. Le projet envisagé pourrait permettre de produire chaque année 2000 tonnes de ce métal extrêmement prisé par les constructeurs de batteries.


Même si la Chine ne produit que 7 % du lithium mondial, elle investit à tour de bras dans des mines situées à l'étranger, notamment en Australie et au Chili, deux territoires dont les sols sont réputés pour leur richesse en lithium. Une majeure partie de cet or blanc est directement importé en Chine pour soutenir une filière de la voiture électrique en pleine explosion. De son côté, l'Europe reste tributaire de l'empire du Milieu pour ses importations.


Une hégémonie à laquelle certains pays veulent mettre fin, notamment l'Allemagne. Plusieurs sociétés allemandes envisagent ainsi d'extraire le lithium contenu dans les eaux profondes du Rhin, qui pourraient contenir de 200 à 400 mg de lithium par litre.


Pour l'emplacement de la première usine de test, c'est le nom de Karlsruhe qui est évoqué. Située au sud-ouest du pays, cette commune abrite déjà une centrale géothermique. La mise en activité est prévue en 2021 pour une production estimée à 2000 tonnes d'hydroxyde de lithium par an.



: Le projet de SUV électrique de Dyson dévoilé

Le projet de SUV électrique de Dyson dévoilé

Fin 2018, le Dyson a suspendu un projet de véhicule électrique qui aurait dû concurrencer les véhicules de Tesla. Le constructeur britannique, notamment connu pour ses aspirateurs sans sac, vient de dévoiler les détails de ce projet avorté. 


Le SUV N526 de Dyson aura coûté 560 millions d'euros. Une somme colossale pour un projet mort-né à cause d'un seuil de rentabilité bien trop élevé. Une décision difficile à prendre dont ne se cache pas James Dyson, fondateur de la marque. 


Pour faire le deuil, la firme vient de partager des photos et les vidéos de cette voiture dotée d'une motorisation de 150 kWm pour 1000 km d'autonomie théoriques. Un véhicule pas si révolutionnaire selon les dires des experts qui aurait de toute façon bien eu du mal à se faire une place face à Tesla.


 




: General Motors : une batterie à la durée de vie quasi illimitée

General Motors : une batterie à la durée de vie quasi illimitée

General Motors est en train de travailler sur une batterie dont la durée de vie serait quasiment illimitée. Le constructeur vient d'annoncer l'arrivée prochaine de cette technologie très attendue.


À l'occasion d'une conférence organisée avec des investisseurs, Doug Parks, vice-président de General Motors, a annoncé que le groupe était en train de plancher sur une nouvelle génération de batteries. Fruit d'une collaboration avec le LG Chem, la technologie Ultium serait "presque prête".


Si les informations dévoilées au sujet de cette batterie sont encore assez maigres, on sait tout de même que cette nouvelle génération de batterie pourrait permettre à un véhicule électrique de parcourir environ 1,6 million de kilomètres, avant de nécessiter un remplacement. Outre la charge ultra-rapide, d'autres fonctions seraient encore en pleine phase de développement, dont les électrolytes solides et les électrodes dépourvues de cobalt.


En mettant de côté le cobalt, minerai particulièrement polluant et onéreux, General Motors veut également favoriser l'émergence de véhicules électriques plus abordables, à l'image de la stratégie adoptée par le concurrent Tesla.



: Lexus : 1 million de km de garantie pour le premier véhicule électrique de la marque

Lexus : 1 million de km de garantie pour le premier véhicule électrique de la marque

En proposant une garantie étendue pour ses batteries, Lexus veut convaincre les clients de se tourner vers son nouveau SUV électrique UX 300e.


Pour sa première voiture électrique, Lexus ne recule devant rien pour convaincre les consommateurs. À la place des huit ans de garantie constructeur généralement proposés, la marque japonaise propose une garantie jusque 10 ans et 1 million de km pour ses batteries. À titre de comparaison, la plupart des autres constructeurs limitent leur garantie à 160 000 km.


Concrètement, cette garantie va couvrir l'ensemble des problèmes qui pourraient toucher la batterie du nouveau SUV. De plus, pendant cette période de 10 ans, chaque propriétaire devrait pouvoir rouler avec un véhicule dont la batterie possède au moins 70 % de ses capacités d'origine.


Dotée d'une capacité de 54,3 kWh, la batterie du Lexus UX 300e sera dotée d'une autonomie de 400 km. Une batterie composée de 18 modules de 16 cellules, pour un total de 288 cellules placées dans le plancher et sous le siège arrière du véhicule.


Basée sur le véhicule hybride UX 250h, la première voiture électrique de la marque sera lancée dans les prochains mois sur le territoire chinois, puis en Europe dans un second temps pour un prix d'environ 45 000 €.



: Tesla : une nouvelle super-batterie dans les tuyaux ?

Tesla : une nouvelle super-batterie dans les tuyaux ?

Tesla serait sur le point de dévoiler une nouvelle batterie qui pourrait permettre aux voitures électriques de jouer à armes égales avec les voitures à essence.


Selon Reuters, qui dit tenir ses informations de sources proches du projet, Tesla pourrait prochainement présenter une batterie disposant d'une durée de vie totale de 1,6 million de km. L'annonce pourrait avoir lieu cette année, durant le "Battery Day" prévue fin mai, ou au début de l'année prochaine. Cette innovation technologique est liée à un partenariat avec la société chinoise Contemporary Amperex Technology (CATL) et plusieurs autres entreprises spécialisées dans le secteur des batteries.


La technologie développée par Tesla et CATL devrait se passer, tout du moins en partie, du cobalt, matériau particulièrement coûteux. D'autres matériaux permettraient quant à eux d'augmenter la capacité et la durée de vie de ces nouvelles batteries qui pourraient être fabriquées dans des Terafactory, des sites 30 fois plus vastes que la Gigafactory 1 construite au Nevada. Pour rappel, cette dernière occupe déjà une superficie de près de 54 hectares.


Destinée dans un premier temps au territoire chinois, la nouvelle batterie de Tesla sera déployée dans d'autres pays dans une version modifiée, par la suite.



: Tesla travaillerait sur des batteries plus efficientes et moins coûteuses

Tesla travaillerait sur des batteries plus efficientes et moins coûteuses

Tesla vient de déposer un nouveau brevet. Touchant au design des cellules lithium-ion cylindrique, celui-ci pourrait permettre l'émergence de batteries à la fois plus efficientes et moins coûteuses à produire.


Précurseur dans le domaine des batteries lithium-ion, Tesla ne compte pas se laisser devancer par ses concurrents. Et ce n'est certainement pas le nouveau brevet déposé par la marque qui viendra dire le contraire. Publié le 7 mai, ce document présente une cellule dont les couches successives d'anodes et de cathodes sont enroulées autour d'un cylindre, séparées par un isolant. Contrairement aux cellules utilisées dans les voitures actuelles du constructeur, celles-ci sont toutefois dépourvues de languettes.


Utilisées comme point de connexion avec les bornes des batteries, ces languettes augmentent notamment la résistance électrique des batteries, réduisant ainsi leur efficacité, mais elles représentent aussi un processus de production plus complexe et plus coûteux pour le constructeur. En supprimant ces composants de ses cellules, ce sont les couches qui seraient ainsi directement connectées aux bornes extérieures de la batterie.


En réaction à une publication sur Twitter mentionnant le brevet en question, Elon Musk, patron de Tesla, s'est exprimé en indiquant que ce brevet « est bien plus important qu'il n'y parait ». 



: Tesla se rêve fournisseur d'électricité outre-Manche

Tesla se rêve fournisseur d'électricité outre-Manche

Après avoir dévoilé des résultats trimestriels plutôt encourageants, Tesla aurait déposé une demande de licence auprès du Royaume-Uni pour devenir fournisseur d'électricité sur le territoire.


Constructeur automobile, Tesla possède aussi une division dédiée à l'énergie. Nommée Tesla Energy, cette branche commercialise notamment des panneaux et tuiles solaires, des Powerwalls et Powerpacks, et est à l'origine d'une méga-batterie de 100 MWh implantée en Australie.


S'appuyant sur son expertise et l'expérience accumulée au fil de ses différents projets, Tesla Energy aurait déposé une demande de licence pour devenir fournisseur d'énergie au Royaume-Uni. Relayé par le quotidien britannique The Telegraph, cette demande aurait été confirmée par des industriels.


Outre les Powerpacks, Tesla Energy pourrait utiliser Autobidder, un outil maison mêlant deep learning et cloud computing dans le cadre de ce nouveau projet. Basée sur l'intelligence artificielle, cette plateforme permet notamment d'anticiper les prix, les pics de charge et de production et d'optimiser en temps réel l'énergie produite par les particuliers et envoyées sur le réseau.


En octobre 2019, Elon Musk avait déclaré son intention de transformer Tesla Energy en distributeur d'électricité. Cette demande de licence, pas encore officialisée par le premier intéressé, va parfaitement dans ce sens.



: Réduire la toxicité des batteries lithium-ion avec de l'eau

Réduire la toxicité des batteries lithium-ion avec de l'eau

Aux États-Unis, des chercheurs ont trouvé le moyen de réduire l'impact environnemental des batteries lithium-ion en remplaçant un solvant toxique par de l'eau.


Utilisé comme solvant lors de la production des cathodes destinées aux batteries lithium-ion, le N-méthyl-2-pyrrolidone (NMP) est un liquide à la fois toxique, inflammable, difficile à produire et coûteux. Des chercheurs du laboratoire national d'Oak Ridge (ORNL), située dans le Tennessee aux USA, ont trouvé le moyen de réduire l'impact environnemental engendré par ce processus de fabrication. 


Leur idée : mettre au point une chaîne d'approvisionnement industrielle en boucle fermée au sein de laquelle il est possible de limiter la quantité d'éléments toxiques externes. Dans ce circuit fermé, les chercheurs utilisent de l'eau dans le processus de fabrication des électrodes. 


En plus de présenter des performances électrochimiques et une durée de vie identiques aux électrodes réalisées avec du solvant NMP, cette technique offre un autre avantage : l'eau permet de récupérer le composé des cathodes usagées, qui peut ainsi être réutilisé.


De plus, grâce à cette solution, il est possible d'économiser d'un quart la consommation utilisée dans le séchage des électrodes, qui représente tout de même près de la moitié de l'énergie totale utilisée dans le cadre de la production d'une batterie lithium-ion. 


 


Source: Avem



: Mercedes-Benz met la voiture à hydrogène sur pause

Mercedes-Benz met la voiture à hydrogène sur pause

Quelques jours après l'annonce d'un partenariat de Volvo et Daimler autour de pile à combustible, on apprend que Mercedes-Benz, propriété de Daimler, pourrait mettre "temporairement" un terme au développement de cette technologie pour ses voitures.


Si les voitures pourvues d'une pile à combustible ne manquent pas d'atouts, dont l'absence d'émissions polluantes, une autonomie importante et des temps de recharges très courts, elles sont par contre assez onéreuses. Un prix de vente qui s'explique notamment par une fabrication complexe et coûteuse.


Comme d'autres constructeurs, dont Volkwagen et Renault-Nissan, Mercedes a donc fait le choix de mettre en pause ses recherches, afin de concentrer ses efforts sur la batterie électrique.



: Piles à combustible : Daimler et Volvo mettent leurs forces en commun

Piles à combustible : Daimler et Volvo mettent leurs forces en commun

Volvo Group et Daimler Truck ont annoncé la signature d'un accord préliminaire portant sur la création d'une entreprise commune détenue à parts égales. Cette joint-venture sera l'occasion pour les deux groupes de mettre leurs compétences en commun pour le développement de piles à combustible destinées aux poids lourds.


Valorisée à un milliard et demi d'euros, cette nouvelle entité permettra notamment à Volvo et Daimler de réduire leurs coûts de recherche et développement.


Particulièrement énergivore en termes de processus de fabrication et profitant d'un réseau de stations de recharge encore limité, la technologie de la pile à combustible fonctionnant avec de l'hydrogène comprimé permet une autonomie supérieure à la technologie électrique classique, pour un temps de recharge bien inférieur.



: Le Raspberry Pi Zero peut être officiellement alimenté avec des piles

Le Raspberry Pi Zero peut être officiellement alimenté avec des piles

Il y a quelques jours, la fondation Raspberry Pi annonçait l'augmentation de la production du Raspberry Pi Zero pour faire face à la crise sanitaire actuelle. Coûtant seulement 5 euros, cette petite carte électronique est en effet capable de contrôler un respirateur artificiel.


De plus, ce minuscule ordinateur peut désormais être officiellement alimenté par le biais de deux piles 1,5 V au format AA. Pour en profiter, il faudra se munir d'un module HAT spécialement conçu pour l'occasion. Une fois connecté, cette carte d'extension pourra non seulement servir à alimenter le Pi zero, mais aussi à recharger des accus.


Ce module est toutefois relativement onéreux. Il vous faudra effectivement débourser 50 dollars pour l'acquérir.



: Honda et General Motors : une alliance stratégique autour des véhicules électriques

Honda et General Motors : une alliance stratégique autour des véhicules électriques

Honda et General Motors (GM) ont mis en place des accords visant à partager certaines de leurs technologies afin de limiter leurs coûts de développement et proposer des véhicules à des prix plus "raisonnables". Les deux constructeurs devraient accoucher de deux nouveaux modèles de véhicules électriques qui seront commercialisés par Honda, d'ici 2024.


Dans la course aux nouvelles technologies que se livrent les différents constructeurs automobiles, l'union fait plus que jamais la force. C'est dans cette perspective que le japonais Honda et l'américain GM ont conclu un accord portant sur le développement de véhicules électriques.


Le mois dernier, GM a annoncé une nouvelle architecture de batteries. Baptisée Ultium, cette nouvelle batterie a pour objectif d'atteindre une réduction du coût au kWh à 100 dollars, voire moins.


Destinée à alimenter la prochaine génération de véhicules électriques GM, des plus accessibles aux plus luxueux, cette batterie Ultium permettra également d'alimenter les deux modèles de véhicules développés par General Motors, pour Honda.


De forme rectangulaire, la batterie Ultium peut être rangée de manière verticale ou horizontale, permettant ainsi aux concepteurs d'adapter le stockage d'énergie au design du véhicule. Selon les chiffres annoncés par GM, elle offrirait une autonomie de 645 km entre chaque recharge.


Fabriqués en Amérique du Nord, les véhicules électriques concernés par cette collaboration intégreront par ailleurs les services de sécurité OnStar de GM.



: HDF et ABB Marine vont industrialiser des piles à combustible pour le secteur maritime

HDF et ABB Marine vont industrialiser des piles à combustible pour le secteur maritime

Le 8 avril, Hydrogène de France (HDF) et la division marine d'ABB ont annoncé la signature d'un protocole d'entente portant sur l'industrialisation de piles à combustible. D'une puissance supérieure à 1 mégawatt, elles se destinent au secteur maritime.


Les applications visées par ces piles à combustible très puissantes portent sur l'alimentation à quai des grands navires, mais aussi la propulsion des plus petits bateaux de type navettes, transports de voiture...


Initié en 2018, la technologie sélectionnée est issue de la collaboration entre ABB Marine et le constructeur Ballard. Les piles seront produites à Bordeaux, dans l'usine HDF encore en cours de construction. Un projet bien anticipé qui ne devrait pas être impacté outre mesure par la crise sanitaire actuelle, selon Damien Havard, président et fondateur de HDF.



: Coronavirus : le français Eramet renonce à son usine de lithium en Argentine

Coronavirus : le français Eramet renonce à son usine de lithium en Argentine

Le groupe minier et métallurgique français Eramet a décidé de renoncer à la construction de son usine de production de lithium en Argentine. Une annonce qui intervient en pleine crise liée à la pandémie de coronavirus.


Dans son communiqué de presse daté du 8 avril, Christel Bories, PDG du groupe, a précisé que cette décision était liée "aux nombreuses incertitudes qui pèsent actuellement sur l'économie mondiale et (les) marchés".


À la suite de cette annonce, le titre du groupe a subi une chute de près de 2,5 %.


 


 



: Un « déversoir » pour sécuriser les batteries au lithium métal

Un « déversoir » pour sécuriser les batteries au lithium métal

Des nano-ingénieurs sont parvenus à accroitre le niveau sécurité des batteries au lithium métal en équipant ces dernières d’un dispositif qui empêche tout emballement thermique.


Pour concevoir cette batterie plus sûre, l'équipe d'ingénieurs de l'université de Californie à San Diego a modifié le séparateur qui fait barrière entre l'anode et la cathode. L'une des faces du séparateur est ainsi recouverte d'une fine couche de nanotubes de carbone partiellement conductrice. 


Dès lors qu'une dendrite pénètre le séparateur, une sorte de déversoir se crée alors, permettant ainsi aux électrons de passer petit à petit par la couche conductrice, au lieu de se précipiter vers la cathode.


La technique mise en place par l'équipe d'ingénieurs n'a donc pas pour vocation de mettre fin aux courts-circuits dans les batteries, mais d'en limiter les conséquences. Grâce à ce "déversoir", lorsqu'un court-circuit a lieu, l'énergie contenue dans la batterie n'est plus assez importante pour représenter un quelconque danger.


Dernier avantage et non des moindres : avec ce nouveau dispositif, qui a fait l'objet d'un dépôt de brevet provisoire par l'Université de Californie à San Diego, les utilisateurs pourront se rendre aisément compte de la défaillance progressive de leur batterie et la remplacer avant la panne.



: Xbox Series X : une manette qui fonctionnera avec des piles

Xbox Series X : une manette qui fonctionnera avec des piles

Dans le petit monde des constructeurs de consoles de jeux vidéo, la tendance générale est aux manettes avec batteries intégrées. Microsoft déroge une nouvelle fois à la règle en choisissant l’option « piles AA ». Un choix plutôt surprenant qui va dans le sens de la flexibilité.


Si la future Playstation 5 de Sony devrait adopter un contrôleur muni d’une batterie intégrée, comme ses illustres prédécesseurs, Microsoft a décidé de choisir une source d’alimentation plus classique. La raison, invoquée par Jason Ronald lors d’un entretien réalisé avec le site Eurogamer, est la volonté de laisser le choix aux joueurs. S’ils le veulent, ces derniers pourront aussi se tourner vers une batterie, comme c’est d’ailleurs le cas sur la génération actuelle de consoles Microsoft.


Très proche du design de la manette de la Xbox One pour ne pas perturber les fans de la marque, la manette de la Xbox Series X devrait toutefois être plus « inclusive », c’est-à-dire adaptée à une plus grande variété de tailles de mains.


Véritable monstre de puissance selon les spécialistes, la Xbox Series X est attendue pour la fin de l’année.



: Le groupe Weichai ouvre une des plus grandes usines de piles à combustible au monde

Le groupe Weichai ouvre une des plus grandes usines de piles à combustible au monde

Le groupe chinois Weichai a annoncé l'ouverture de sa nouvelle usine de production de piles à combustible. Installée à Shandong, région située à l'est de la Chine, c'est l'une des plus grandes unités de ce type à voir le jour dans le monde.


L’usine de Weichai, dont la construction a débuté en 2018, devrait être en mesure de produire jusqu'à 20 000 piles à combustible par an. Pour ce projet, l'entreprise chinoise s'est associée à Ballard. Le groupe canadien sera plus précisément en charge de la fourniture des cellules MEA (Membrane Electrode Assembly), essentielles à la conception des piles.


Avant tout destinée aux bus à hydrogène, cette nouvelle production s'inscrit dans une stratégie de développement de l'hydrogène dans la province de Shandong. Ayant participé à la mise en place de plusieurs centaines de bus à hydrogène en 2019, Weichai a également construit trois stations d'avitaillement pour véhicules à hydrogène.



: E-Ternum : l’alliance de Duracell et Energizer !

E-Ternum : l’alliance de Duracell et Energizer !

MAJ 02/04/2020 : les lecteurs les plus attentifs auront évidemment remarqué que cette actualité quelque peu insolite était en réalité un poisson d'avril !


Rivaux depuis toujours, Energizer et Duracell seraient-ils en passe de devenir les meilleurs amis du monde ? Fruit d'une collaboration savamment tenue secrète depuis 2015, E-Ternum est le nouveau bébé des deux géants américains. La particularité de cette nouvelle gamme de piles ? Une longévité hors du commun !


Frères ennemis, Duracell et Energizer entretiennent une relation tumultueuse depuis les années 1980. Une guerre que l'on pensait ne jamais voir finir. C'était toutefois sans compter les récentes révélations d'Andrew Reatel, un insider dont on ne connaît évidemment pas la véritable identité, mais qui s'est déjà illustré par le passé avec des informations qui se sont révélées exactes par la suite. On lui doit notamment des révélations techniques sur l’iPhone X et la Tesla 3.


Dans une série de plusieurs messages récemment postés sur Twitter, et mystérieusement effacés depuis, l'insider a dévoilé un projet qui devrait faire date dans le milieu de l'énergie. Selon les dires de l'intéressé, les équipes R&D de Duracell et Energizer travailleraient sur une nouvelle technologie depuis juillet 2015. Apparemment baptisée E-Ternum, elle permettrait de fournir de l'énergie à des appareils communs, télécommandes, mannettes, jouets électriques, pendant plusieurs dizaines d'années.


Le secret de cette longévité exceptionnelle ? L'amidon. Présent dans les graines, les racines, les tubercules et certains fruits, comme la banane, ce glucide complexe est notamment utilisé par l'industrie agroalimentaire. Une fois modifié par le biais d'un processus de réticulation et de dextrination réalisée à une température de 212°C, l'amidon peut alors être utilisé comme un électrolyte pour pile ou batterie. On parle alors de technologie "Amid-Ion".


Encore en phase de test, les piles E-Ternum Amid-Ion auraient déjà démontré leur efficacité à toute épreuve. Selon les informations obtenues par Andrew Reatel, Energizer et Duracell seraient parvenus à faire fonctionner un singe à cymbales électrique pendant 678 jours, de manière discontinue, à l’aide de deux piles AAA. À l'heure actuelle, le petit primate serait d'ailleurs encore en train de battre gaiement le rythme, pour la plus grande joie des scientifiques du laboratoire de recherche situé à Scranton, en Pennsylvanie. Affaire à suivre...



: Duracell s'associe à la BBC pour les séniors isolés

Duracell s'associe à la BBC pour les séniors isolés

Pour aider les personnes de plus de 70 ans à passer le confinement de manière plus sereine, Duracell s'est associé à la BBC, le géant britannique de l'audiovisuel public. 


En cette période trouble, où les gouvernements appellent au confinement les uns après les autres, certaines catégories de personnes souffrent plus que d'autres. C'est notamment le cas des séniors isolés qui ne peuvent pas forcément recevoir la visite de leurs proches.


Depuis le lundi 30 mars, la BBC a décidé d'offrir aux personnes âgées de plus de 70 ans un poste de radio pour les aider à rompre leur solitude. Fournis par plusieurs grandes enseignes, ces appareils seront distribués par l'association caritative Wavelength. De son côté, Duracell fournira gratuitement les piles indispensables à leur fonctionnement.


 


Image : Sabine van Erp de Pixabay



: Covid-19 : mesures de sécurité et livraisons

Covid-19 : mesures de sécurité et livraisons

Chères clientes, chers clients,


En cette période inédite d’épidémie de coronavirus (COVID-19), notre entrepôt reste ouvert afin que nous puissions préparer vos commandes. Nous souhaitons insister sur le fait que la sécurité et la santé de nos collaborateurs font partie de nos priorités. Ainsi, nos préparateurs sont suffisamment éloignés les uns des autres, et l’entrepôt est assez grand pour écarter tout risque de contamination. Les autres membres de l’équipe sont quant à eux en télétravail ou travaillent seuls dans leur bureau, en fonction des jours.


Notre site fonctionne normalement et nous continuons d’expédier des commandes vers la plupart des destinations en lettres suivies, colis ou palettes. Nous recevons également les palettes de nos fournisseurs. En revanche, la majorité des transporteurs ont arrêté la livraison en point relais.


La distribution étant ralentie, nous vous demandons toutefois d’être moins exigeants quant aux délais de livraison qui se comptent en jours. La Poste indique qu’elle travaille désormais sur 3 jours par semaine, ce qui peut éventuellement occasionner des retards sur les livraisons de vos colis.


Nous vous suggérons par ailleurs d’utiliser les services de DPD pour vos colis, qui a remplacé la remise contre signature par l’envoi d’un code par SMS. Une fois encore, il est impératif que les informations que vous nous communiquez, email ou numéro de téléphone, soient correctes pour que les transporteurs puissent vous contacter le jour de la livraison.


Toute l’équipe de Mega-Piles vous remercie pour votre confiance.


Prenez soin de vous et de vos proches. C’est ensemble, par le respect des mesures de précautions et la solidarité, que nous surmonterons cette crise !


L’équipe de Mega-Piles



: Des cellules photovoltaïques organiques battent un record de rendement

Des cellules photovoltaïques organiques battent un record de rendement

Après six mois d'intensives recherches, une équipe composée de chercheurs de la société japonaise Toyobo et du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est parvenue à fabriquer de petites cellules photovoltaïques organiques (PVO) sur un substrat en verre. Leur spécificité : elles offrent à ce jour le meilleur rendement de conversion au monde dans une pièce sombre.


À l'origine de cette invention, il y a un matériau innovant développé par Toyobo. Ce matériau générateur d'énergie permet de produire une puissance élevée à partir d'une source lumineuse de faible intensité. D'origine organique, il se dissout facilement, même dans des solvants dépourvus d’halogène. Il peut ainsi être appliqué de manière uniforme sur un substrat - ici du verre - et produire une énergie stable présentant peu de différences individuelles. Ce matériau miracle a été conçu en seulement six mois. Un véritable exploit rendu possible par une collaboration fructueuse réalisée à l'Institut national de l'énergie solaire (INES).


Durant une expérience de vérification réalisée sous un éclairage à néon de 220 lux, c’est-à-dire l'équivalent d'une chambre noire, le dispositif a réussi à atteindre un rendement de conversion d'environ 25 %, soit un rendement 60 % plus important que celui des cellules en silicium amorphe intégrées à la plupart des calculatrices de bureau.


Outre le substrat en verre, l'équipe de chercheurs a également développé un prototype de cellules PVO sur un substrat de fil PET d'une surface de 18 cm2, avec lequel ils ont réussi à produire environ 130 microwatts dans des conditions similaires.


Toyobo devrait proposer son matériau révolutionnaire aux fabricants de cellules solaires. Principalement destiné aux capteurs de mouvement et aux capteurs de température-humidité, il pourrait être utilisé d'ici mars 2023.



: Siemens transforme des lampadaires en bornes de recharge électrique à Londres

Siemens transforme des lampadaires en bornes de recharge électrique à Londres

Siemens vient de créer la première "Electric Avenue" du Royaume-Uni. Située dans le quartier Westminster de Londres, cette rue résidentielle accueille désormais des lampadaires convertis en bornes de recharge pour voitures électriques. 


Malgré sa popularité, la voiture électrique se heurte à une crainte partagée par de nombreux consommateurs potentiellement intéressés par cette technologie : la recharge de la batterie. Relativement long, ce processus nécessite l’utilisation de bornes spécifiques, dont le nombre est pour le moment jugé insuffisant. C'est dans ce contexte que Siemens a décidé de montrer l'exemple en transformant 24 lampadaires de Sutherland Avenue en bornes de recharges destinés aux habitants. 


Le choix de Westminster ne s'est pas fait au hasard. Enregistrant le plus grand nombre de véhicules électriques de Londres, ce quartier emblématique est aussi le mieux fournis en bornes de recharge, dont 24 nouvelles désormais implantées sur Electric Avenue. 


Soucieux de la pollution présente dans son quartier, le conseil municipal de Westminster ne compte pas s'arrêter en si bon chemin avec un objectif d'un millier de bornes d'ici la fin de l'année. Dans un premier temps, plusieurs rues adjacentes de l'Electric Avenue devaient bénéficier de cette nouvelle infrastructure.



: Explosion d’une batterie d’hoverboard

Explosion d’une batterie d’hoverboard

Très populaires auprès des enfants, les hoverboards ne sont pas dénués de dangers. Outre le risque de chutes, ces dispositifs sont également équipés de batteries lithium-ion... qui peuvent parfois connaître quelques ratés. C'est justement ce qui est arrivé à une famille bretonne qui a vu le hoverboard de sa fille littéralement exploser devant ses yeux à cause d'une batterie défectueuse.


Relatée par Le Télégramme, la mésaventure de cette famille a heureusement engendré plus de peur que de mal. Alertés par des bruits anormaux et de la fumée, Cynthia et Julien ont en effet découvert le gyropode de leur fille en flammes. Une fois mis dehors, l'appareil a explosé en propulsant des débris sur plusieurs mètres.


Comme souvent avec ce type d'incident, c'est la batterie lithium-ion qui semble en cause. Acheté sur un Marketplace, le hoverboard avait été remplacé quelques mois auparavant à cause d'un défaut lié à la carte mère.  



: Toyota et Hino annoncent un poids lourd équipé d’une pile à combustible

Toyota et Hino annoncent un poids lourd équipé d’une pile à combustible

Lundi 23 mars, la société Toyota Motor Corp a annoncé qu'elle avait un projet de camion à pile à combustible lourd dans ses cartons.


Développé par la filiale Hino Motor Co du géant japonais, ce véhicule utilitaire devrait être équipé de deux exemplaires de la pile à combustible développée pour la prochaine Toyota Mirai. Dans son communiqué de presse, Toyota évoque une autonomie de 600 kilomètres.


Le poids lourd de 25 tonnes prendra la forme d'une version modifiée du Hino Profia. Outre ses deux piles à combustible, il intégrera des réservoirs de 700 bars et des batteries lithium-ion. Ces dernières occuperont le rôle de stockage tampon.


Cela fait désormais plus de 15 ans que Toyota et Hino, spécialisé dans les véhicules lourds, travaillent sur la technologie de la pile à combustible. En 2003, les deux sociétés ont notamment collaboré sur un projet de bus équipé de cette technologie.



: Une batterie Samsung va fournir 800 km d’autonomie aux véhicules électriques

Une batterie Samsung va fournir 800 km d’autonomie aux véhicules électriques

À l'image de nombreux autres constructeurs, Samsung est en train de travailler sur une batterie destinée aux voitures électriques. Capable de tenir 1 000 cycles, elle pourra fournir 800 kilomètres d'autonomie aux automobilistes.


Prenant la forme d’une batterie à semi-conducteurs solides, la solution que les chercheurs du SAIT (Samsung Advanced Institute of Technology) et de la R&D de Samsung sont en train de développer est dotée d’une densité énergétique 50 % supérieure à ce que se fait à l’heure actuelle.


Outre ce gain énergétique, la batterie de Samsung ne devrait pas être soumise aux phénomènes de dendrites qui touchent les batteries lithium-ion de nos smartphones, tablettes et autres appareils mobiles. Un petit exploit qu’elle doit à sa fine couche composite d’argent-carbone d’à peine cinq micromètres d’épaisseur. Un matériau déjà testé par les chercheurs de l’université de Stanford et du Laboratoire national de l’accélérateur Slac, situé aux USA.


Du fait de sa finesse, cette couche composite anti-dendrite a permis aux équipes de Samsung de réduire l’épaisseur de l’anode en augmentant la densité énergétique de la cellule jusqu'à 900 Wh/L. Résultat : la technologie du constructeur sud-coréen pourrait permettre aux voitures électriques de bénéficier de 1 000 cycles de 800 km, soit une durée de vie théorique estimée à 800 000 km.



: Total installe le plus grand site de stockage par batterie de France à Dunkerque

Total installe le plus grand site de stockage par batterie de France à Dunkerque

Le groupe Total a annoncé la construction d'un nouveau site de stockage par batterie à Dunkerque. Représentant un stockage de 25 MW (mégawatts), il s'agira du plus grand site du genre en France.


Prévu pour le dernier trimestre 2020 sur le site de l'ancienne raffinerie du groupe Total du port de Dunkerque, le projet comportera onze conteneurs de 2,3 MW utilisant un système de stockage lithium-ion pour une capacité de stockage totale de 25 MW. Selon Philippe Sauquet, directeur Gaz, renouvelables et électricité chez Total, ce site regrouperait déjà les réseaux électriques nécessaires au déploiement du projet.


En février dernier, Total a remporté un appel d'offres publié par RTE, gestionnaire du réseau à haute tension. Ce dernier souhaite l'augmentation des capacités du stockage d'énergie dans le but de sécuriser l'approvisionnement électrique, réguler les fréquences et l'intermittence de production inhérente aux énergies renouvelables.


Outre Dunkerque, Total prévoit de répartir les 103 MW de capacités accordés (sur 253 MW) sur plusieurs autres sites répartis sur l'ensemble du territoire, qui devraient être finalisés à l'horizon 2021-2022. Si le site de Dunkerque représente un investissement de 15 millions d'euros, on ignore encore pour l'heure le détail des autres implantations.


Affichant à l'heure actuelle une capacité de production installée en électricité renouvelable (éolien + photovoltaïque) de 3 GW (gigawatts), Total s'est fixé un objectif de 25 GW pour 2025.



: Apple AirTag : un dispositif alimenté par une simple pile bouton ?

Apple AirTag : un dispositif alimenté par une simple pile bouton ?

Selon des rumeurs lancées par le site MacRumors, l'AirTag, le traqueur d'objets d'Apple, pourrait être alimenté par le biais d'une simple pile bouton.


En passe d'être dévoilé dans les mois qui viennent, le nouveau dispositif d'Apple, qui permettra de traquer des objets dénués de connexion Bluetooth pour les retrouver plus facilement (comme un trousseau de clefs), pourrait être alimenté par une pile CR2032, et non pas par une batterie rechargeable par induction, comme beaucoup le pressentaient jusqu'à présent.


Même si MacRumors, à l'origine de cette rumeur, n'a aucune information précise concernant l'autonomie de l'appareil, on peut raisonnablement plancher sur une autonomie relativement similaire au Tile Pro ; son concurrent direct qui peut tenir environ une année avec sa pile.


Bien évidemment, le constructeur américain n'a encore dévoilé aucune information allant dans ce sens. Il faudra sans doute attendre la présentation du AirTag pour en savoir plus.



: La première supercar dotée d’une pile à combustible au méthanol

La première supercar dotée d’une pile à combustible au méthanol

Le constructeur Gumpert vient d'annoncer la commercialisation de sa nouvelle supercar prénommée "Nathalie". Outre un design particulier qui n'est pas sans rappeler la Nissan GT-R, le nouveau bébé de la marque allemande, propriété du chinois Aiways, se distingue par son mode de fonctionnement. Équipée d'une pile à combustible, cette voiture est en effet propulsée grâce à du méthanol !


Bien connu des amateurs de dragsters, le méthanol, qu'il ne faut pas confondre avec l'éthanol, est un liquide facilement trouvable dans le commerce, qui jouit d'une meilleure stabilité que l'hydrogène. En plus de sa pile à combustible de 15 kW, la Nathalie est équipée d'une batterie tampon. Une fois le plein effectué (en trois minutes) il sera possible de parcourir plus de 800 km en sa compagnie, à la vitesse moyenne de 120 km/h.


Sur le plan des performances, cette Nathalie ne fait pas vraiment dans la dentelle. Dotée d'une puissance de 544 chevaux, elle peut passer de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et atteindre les 300 km/h en vitesse de pointe. Des performances exceptionnelles qu'elle doit également à sa relative légèreté (50% de la carrosserie se composes de matériaux biologiques légers), ses deux boîtes de vitesses synchronisées à deux rapports et sa transmission intégrale.


Disponible en 500 exemplaires, la Gumpert Nathalie sera disponible au prix de 455 000 dollars, soit 407 000 euros, à partir du premier semestre 2021.



: Tesla Roadrunner : l’arme secrète de Tesla

Tesla Roadrunner : l’arme secrète de Tesla

Pour rivaliser avec les véhicules thermiques, le marché de l’électrique doit, entre autres, réduire ses prix. Avec son projet secret Roadrunner, Tesla veut passer sous la barre des 100 dollars par kWh (kilowatt-heure) avec un tout nouveau type de batterie et un nouveau mode de production.


Selon le site Electrek, Tesla serait en train de travailler sur un nouveau projet de batteries. Les objectifs du constructeur seraient d’améliorer les performances de ses batteries tout en réduisant drastiquement les coûts de production. Le coût visé serait de 100 dollars par kWh. Un seuil plancher, déterminé par plusieurs études prospectives et attendues durant cette décennie, qui permettrait aux véhicules électriques de concurrencer les véhicules propulsés par des moteurs thermiques, ou tout simplement à Tesla de gagner en rentabilité.


Au-delà de cet aspect purement financier, le projet Roadrunner devrait permettre au constructeur américain de totalement s’émanciper de Panasonic, dont il dépend pour le moment pour l’approvisionnement des cellules de batteries. Le site Electrek évoque aussi un renforcement de l’automatisation de la production chez Tesla, calqué sur ce que le constructeur a mis en place pour sa Model 3, mais cette fois-ci appliqué à la production de ses propres batteries.


Cette batterie « révolutionnaire », aux dires de certains, pourrait être présentée au mois d’avril dans le cadre du Battery Investor Day. Selon toute vraisemblance, c’est la Tesla Model S ou X qui devrait servir à démontrer l’efficacité de cette nouvelle technologie.



: L’Union Européenne souhaite un retour des batteries amovibles

L’Union Européenne souhaite un retour des batteries amovibles

Contrairement à ce que beaucoup de consommateurs pensent, les batteries non amovibles ne sont pas seulement une façon de pousser les consommateurs à racheter un nouveau smartphone, une nouvelle tablette ou un nouveau casque audio sans fil quand leur batterie commence à montrer des signes de faiblesse. Cette configuration permet aussi aux constructeurs de proposer des appareils plus compacts et plus sûrs. Une fois scellés, ils sont effectivement mieux protégés contre la poussière et l’eau.


Problème : cette tendance ne permet pas aux possesseurs de smartphones d’accéder et remplacer facilement leur batterie, sauf en confiant l’opération au SAV ou à un professionnel, moyennant évidemment un service parfois assez coûteux. Un principe qui ne semble pas vraiment du goût de l’Union européenne. Cette dernière veut ainsi inciter les constructeurs à revenir aux batteries amovibles qui constituaient la norme il y a encore quelques années.


Outre la volonté d’offrir aux possesseurs d’appareil mobiles la possibilité de remplacer plus facilement leurs batteries défectueuses, cette mesure, qui devrait être prochainement discutée, vise également à lutter contre les déchets électroniques. La Commission européenne souhaiterait notamment allonger la durée de garantie des appareils afin de motiver les fabricants à opter pour des composants plus durables. Ceux-ci devraient également être invités à fournir davantage d’informations aux consommateurs pour leur permettre de réparer eux-mêmes leurs appareils.





© Mega Piles - 4.8 / 5 sur 10208 avis