Actualités




: Un modèle de Nintendo Switch plus autonome dès septembre

Un modèle de Nintendo Switch plus autonome dès septembre

En complément de la Switch Lite, version 100 % nomade de sa console à succès, Nintendo va commercialiser une version revue et corrigée de la version de base de sa console de jeu dès le mois de septembre. Outre un écran IGZO de Sharp moins gourmand, ce nouveau modèle se caractérisera par une autonomie plus importante.


Le constructeur annonce ainsi une batterie capable de tenir de 4,5 à 9 heures, en fonction des conditions de jeu, contre 2,5 à 6,5 heures sur le modèle actuel. À titre d’exemple, il devrait être possible de jouer à The Legend of Zelda: Breath of the Wild pendant 5,5 heures, au lieu de 3,5 heures actuellement. Une augmentation qu’a pu constater le site Tom’s Guide dans un récent test sur un autre jeu.


En plus d’adopter un nouveau packaging à dominante rouge (voir l'image d'illustration), ces machines bénéficiant d’une meilleure autonomie seront numérotées MOD. HAC-001-01 (à titre de comparaison, les modèles actuels ont le numéro de série MOD. HAC-001).



: Des batteries imprimées en 3D pour les motos

Des batteries imprimées en 3D pour les motos

La jeune entreprise KeraCel et Musashi Seimitsu Industry Co. Ltd, fournisseur de pièces automobiles, viennent de conclure un partenariat visant à développer des batteries à semi-conducteurs pour les motos. La particularité de ces batteries : elles seront imprimées en 3D !


Société spécialisée dans la conception de batteries lithium-ion à l’état solide utilisant des électrolytes à base de céramique et des anodes en lithium métal, KeraCel s’est lancée dans la fabrication de batteries à semi-conducteurs par impression 3D au début de l’année 2019.


Selon KeraCel, ce processus de fabrication devrait grandement faciliter la construction de batteries présentant des tailles et des formes différentes. Contrairement aux procédés classiques, l’impression 3D ne nécessite en effet aucun changement d’outillage particulier. Elle présente un autre avantage, et non des moindres : la production de batteries 2 à 3 fois plus denses sur le plan énergétique pour un coût 2 fois inférieur aux batteries lithium-ion de densité énergétique similaire.


Plus petites et plus sures que les batteries lithium-ion équivalentes, les batteries à semi-conducteurs développées dans le cadre de ce partenariat sont destinées au marché des motos.



: La batterie de votre smartphone Android fond comme neige au soleil ?

La batterie de votre smartphone Android fond comme neige au soleil ?

Vous avez remarqué une baisse évidente de l’autonomie de votre smartphone Android depuis quelques jours ? La raison est peut-être à trouver du côté d’un bug de l’application Services Google Play !


Pour vérifier si votre téléphone est affecté par ce problème, rendez-vous tout simplement dans votre la section « Batterie » de vos paramètres. Si l’application Services Google Play se trouve tout en haut de la liste, il y a fort à parier que votre smartphone est victime de ce bug.


Comment résoudre cette anomalie ? En redémarrant tout d’abord votre appareil, ce qui semble régler en partie le problème chez certains utilisateurs. Si cela ne fonctionne pas, il s’agit alors de prendre votre mal en patience en l’attente d’un correctif officiel qui ne devrait pas tarder… Dans tous les cas, inutile d’essayer de désinstaller l’application, puisque c’est tout simplement impossible.



: Une demande en lithium largement surévaluée ?

Une demande en lithium largement surévaluée ?

Les investisseurs auraient-ils surévalué le marché du lithium ? C’est en tout cas ce que pensent beaucoup d’observateurs face à la chute libre que connaissent les cours du lithium depuis l’année dernière, après avoir connu une forte hausse de 2014 à 2017.


Même si l’engouement suscité par les véhicules électriques est bien présent, comme le prévoyaient les experts, il semble avoir toutefois été quelque peu exagéré. La conséquence de cette surévaluation a été une extraction forcenée du lithium, notamment en Asie, en Australie et en Amérique du Sud, et un stockage du précieux métal en prévision d’une forte progression de la demande... qui n'a pas eu lieu !


Nombre d’industriels se retrouvent désormais avec des tonnes de lithium sur les bras dont ils n’ont pas forcément l’utilité. Une situation qui ne devrait pas s’arranger avec l’arrivée d’alternatives au lithium à la fois plus sures, moins couteuses et plus performantes, à l’image du zinc-air ou des batteries utilisant un électrolyte solide.



: Gros investissement de Saft sur son site de Poitiers

Gros investissement de Saft sur son site de Poitiers

Saft a choisi d’investir 9,5 millions d’euros sur son site poitevin. Objectif : construire une nouvelle chaîne de fabrication dédiée à la production de l’électrolyte, élément hautement stratégique utilisé dans les dispositifs du leader des batteries li-ion de haute technologie.


Poitiers n’a pas été choisi par hasard. Représentant près de 127 millions d’euros de chiffres d’affaires (66 % issus du département « technologie civile » et 34 % par le pôle « espace et défense »), ce site emblématique est le lieu de fabrication des batteries qui ont permis à Saft de voyager dans l’espace. En effet, 280 des 300 satellites équipés de la technologie Saft bénéficient de batteries fabriquées à Poitiers !


La livraison cette nouvelle unité est prévue à l’horizon 2020. Selon Alain Claeys, président de Grand Poitiers, le chantier devrait mobiliser 80 % d’entreprises locales. Outre ce nouvel atelier de 1 800 m2, la construction de deux réacteurs est également envisagée dans les années à venir.


 


Source : La Nouvelle Republique



: Zoom sur les appareils anti-somnolence

Zoom sur les appareils anti-somnolence

Amené à effectuer de longs trajets en voitures ou en camion, notamment durant la nuit, vous vous êtes déjà surpris à perdre en vigilance à cause du sommeil ? Comment éviter l’endormissement et l’éventuel accident qui pourrait suivre ? Des dispositifs anti-somnolence existent !


Prenant généralement la forme d’une oreillette, l’appareil anti-somnolence détecte les mouvements de tête et le degré d’attention du conducteur. Si la tête de ce dernier commence à s’incliner de manière anormale, l’oreillette émet immédiatement un signal sonore ou une vibration, empêchant ainsi l’endormissement potentiellement fatal.


Le dispositif anti-somnolence peut également prendre la forme d’une bague. Installée au doigt du conducteur, elle analyse son attention et le prévient en cas d’anomalie.


Bien que l’on trouve des modèles qui se rechargent à l’aide d’une prise USB, la plupart de ces appareils, qui ont l’avantage d’être bon marché (comptez de 10 € à 20 €), fonctionnent avec une simple pile bouton.



: Chine : nouvelle locomotive de l’hydrogène ?

Chine : nouvelle locomotive de l’hydrogène ?

La Chine entend bien devenir le moteur de la transition énergétique. Premier marché des véhicules électriques dans le monde, avec plus de 2 millions de véhicules actuellement en circulation, le pays de milieu veut désormais devenir une société de l’hydrogène, en réduisant les émissions de CO2.


Pour réaliser cet ambitieux projet, la Chine s’est donnée jusqu’en 2024 pour produire 100 000 véhicules fonctionnement avec une pile à combustible, pour par la suite passer la barre du million en 2030. Parmi ces véhicules, on trouve des voitures bien sûr, mais aussi des camions.


Cette année, le gouvernement prévoit en effet de déployer environ 30 000 véhicules à hydrogène dans 30 villes différentes, en mettant l’accent sur les transports en commun et les camions. En effet, selon Gang Wan, vice-président du Conseil national pour l'élaboration des politiques, l’hydrogène devrait principalement profiter aux bus longue distance et à la filière du transport de marchandises.


Faut-il pour autant dire adieu aux véhicules électriques ? Pas vraiment, puisque le gouvernement chinois prévoit une cohabitation de l’hydrogène et des batteries électriques, destinées quant à elles aux voitures de ville qui doivent réaliser des distances moins importantes.


 


Source : Actu Transport Logistique



: Explosion : attention aux batteries au rabais !

Explosion : attention aux batteries au rabais !

Vouloir à tout prix réaliser quelques économies peut parfois vous coûter très cher. C’est ce qu’une Américaine propriétaire d’un iPhone a appris à ses dépens !


Habitante de l’Oklahoma, Jabricia Pratt a voulu remplacer la vieille batterie de son iPhone en passant par un revendeur officiant sur un célèbre site de commerce en ligne, au lieu de recourir aux services d’un revendeur plus officiel.


Comme évoquée dans une interview accordée au média News 4, cette petite économie s’est finalement soldée par une explosion pure et simple du téléphone (sans doute sous l'effet de la chaleur), détruisant au passage une partie de l’habitacle de la Jeep Cherokee flambant neuve de la victime. Heureusement, plus de peur que de mal pour cette Américaine qui doit toutefois amèrement regretter son achat.


Moralité : si vous souhaitez remplacer la batterie de votre smartphone, de votre tablette ou de votre ordinateur portable, redoublez de vigilance et privilégiez les batteries officielles et les sites de confiance !


 


Source : Daily Mail



: Livraison du premier bateau de croisière électrique

Livraison du premier bateau de croisière électrique

La transition énergétique touche désormais tous les secteurs ! Le domaine maritime ne fait évidemment pas exception à la règle. Conçu par la compagnie norvégienne Hurtigruten, le Roald Amundsen, du nom du célèbre explorateur polaire, est un bateau d’expédition embarquant un système hybride incluant des batteries électriques.


Développé par Rolls-Royce, le système de propulsion de cette première commande passée par l’armateur Hurtigruten au chantier naval Kleven permettra de réduire les émissions de CO2 de 20 %, en comparaison avec un navire classique de gabarit équivalent. Doté de 265 cabines pour une capacité de 530 passagers, le Roald Amundsen est long de 140 mètres et large de 23,6 mètres. Il est équipé de quatre moteurs Bergen B33:45, couplés aux batteries.


Destiné à parcourir les fjords norvégiens, après un passage par le Groenland et l’Antarctique, ce navire de croisière sera suivi de deux autres navires (en 2020, puis en 2021), dont le Fridtjof Nansen. Cette seconde livraison pourra naviguer en s’appuyant sur la seule force de ses batteries. Une technologie qui devrait par la suite être intégrée au Roald Amundsen.


 



: Saft Bordeaux fête ses 70 ans

Saft Bordeaux fête ses 70 ans

Le site de la SAFT de Bordeaux vient de souffler ses 70 bougies. Pour fêter comme il se doit cet anniversaire, 1 100 personnes, dont les collaborateurs de l'entreprise et leurs familles, ainsi que plusieurs personnalités politiques de la région et de la ville, avaient fait le déplacement dans ce site étalé sur 78 500 m2 en plein centre-ville.


C'est en 1949 que la société SAFT s'est installée sur les Boulevards, dans ce qui correspondait alors à la périphérie de Bordeaux. À cette époque, la production est concentrée sur la fabrication de batteries rechargeables au nickel destinées aux applications industrielles. Elle aboutit, en 1953, à une première commande d'envergure : 2 000 batteries aviation Voltabloc sont livrées au secteur aéronaval américain.


Une forte orientation R&D


En 1970, le département R&D parisien est transféré de la capitale vers le site bordelaix. Aujourd'hui encore, la Recherche et Développement représente la majeure partie de l'activité de Saft Bordeaux, avec un investissement du chiffre d'affaires à hauteur de 9%. Sur 702 salariés, 300 sont en effet des chercheurs et des ingénieurs chargés de concevoir les batteries qui révolutionneront le monde de demain.


Outre la R&D, le site de Bordeaux qui a réalisé un chiffre d'affaires de 113 millions d'euros en 2018, produit également des batteries pour l'aviation, le ferroviaire et le stockage d'énergies renouvelables. À noter que 76% de cette production est destinée à l'exportation.


Autre particularité des plus notables : Depuis 2016, le site possède un incubateur interne. Composé de trois équipes distinctes, cet espace est dédié à l'innovation et au prototypage rapide dans différents domaines : chimie et optimisation de l'électrochimie ; systèmes, gestion et intégration des batteries ; mécanique, connecteurs, systèmes de refroidissement et dispositifs de sécurité.


Présidé par Serge Llompart, Directeur du site, et Ghislain Lescuyer, Directeur général de Saft, la cérémonie d'anniversaire s'est notamment déroulée en compagnie de Nicolas Florian, maire de Bordeaux, et d'Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine.



: Faurecia continue d’investir dans l’hydrogène

Faurecia continue d’investir dans l’hydrogène

Équipementier automobile et partenaire du groupe Michelin sur le projet Symbio, le groupe Faurecia a annoncé l’implantation d’un centre mondial dédié aux réservoirs à hydrogène dans son site de recherche et développement (R&D) du Doubs.


Implanté à Bavans, non loin de Montbéliard, ce projet de centre d’expertise représente 25 millions d’euros d’investissement ; 20,1 millions assurés par Faurecia et 4,9 millions issus de subventions de la région Bourgogne Franche-Comté. À noter que Bavans était en concurrence avec Berlin et Grenoble. Cette commune du Doubs semble s’être distinguée par les compétences qu’elle abrite en matière de recherche. De plus, la région détient un label Territoire Hydrogène depuis la fin de l’année 2016.


Avec cette implantation prévue pour le second semestre 2020, Faurecia entend créer 50 nouveaux emplois sur un site qui en compte déjà 750.



: Incendie de Tesla : premiers résultats dévoilés

Incendie de Tesla : premiers résultats dévoilés

Il y a environ deux mois, la société Tesla faisait parler d'elle à la suite d'un incendie impressionnant capté par des caméras de surveillance dans un parking souterrain de Shanghai. La société d'Elon Musk vient de fournir une explication à cet événement jusqu'à présent inexpliqué.


Tesla a mené une enquête pour découvrir les raisons de cet incendie, impliquant une Model S. Après avoir minutieusement analysé le logiciel, les données de fabrication, l'historique et surtout la batterie du véhicule, Tesla a annoncé sur Weibo (un réseau social chinois) n'avoir constaté aucun défaut, contredisant par la même les premières versions qui indiquaient un défaut concernant un module de batterie présent à l'avant de la Model S (qui serait à l'origine de l'incendie).


Il semblerait que les résultats communiqués par Tesla, encore assez vagues pour le moment, soient issus d'une enquête préliminaire. En attendant, et sans doute pour rassurer ses utilisateurs, la marque a déployé une mise à journée logicielle destinée à sécuriser la gestion thermique de ses Model S et Model X.



: Un secteur des piles boutons en pleine forme

Un secteur des piles boutons en pleine forme

Un article de LSA révèle les tendances fortes du marché des piles en France et notamment la croissance du secteur des piles boutons dans un contexte de miniaturisation des appareils électroniques.


424 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires représenté par le marché des piles sur le territoire français en 2018. Si les piles alcalines (qui représente la vaste majorité des piles vendues) et les piles rechargeables accusent une petite baisse de régime côté ventes, on ne peut pas en dire autant des piles boutons au lithium, dont la croissance connait un bond de 7,3 %.


Une dynamique positive qui s’explique en grande partie par la multiplication des appareils miniatures sur le marché : des télécommandes de garages jusqu’aux objets connectés, dont la variété ne cesse de croitre depuis plusieurs années. Une croissance qui devrait par ailleurs continuer à progresser dans les années à venir : entre 7 % et 10 % au cours des cinq prochaines années, selon Laure Jacouton, chef des ventes du marché piles chez Panasonic, interrogée par LSA. Une progression qui pourrait cependant se faire au détriment des autres secteurs, notamment des piles alcalines et piles rechargeables.


Source : LSA



: La première ligne de bus 100 % hydrogène inaugurée en France

La première ligne de bus 100 % hydrogène inaugurée en France

Le département du Pas-de-Calais, dans les Hauts-de-France, vient d'inaugurer une ligne de bus entièrement constituée de six véhicules équipés de piles à combustible fonctionnant à l'aide d'hydrogène. La première du genre sur le territoire français !


Cette ligne reliant les communes d'Auchel et de Bruay-la-Buissière a nécessité un investissement de 12,9 millions. Outre la construction des six bus confiée à la société Safra, le projet inclut également une station produisant de l'hydrogène décarboné à l'aide d'électrolyse de l'eau. Une technologie capable de produire 210 kg d'hydrogène par jour fonctionnant grâce à de l'électricité d'origine renouvelable.


Dotés de 300 km d'autonomie, les bus à hydrogène requièrent un arrêt de quinze minutes à chaque plein. C'est le temps qu'il faut pour remplir leurs quatre réservoirs d'une contenance de 32 kg d'hydrogène stocké à 350 bars.


La mise en circulation de ces premiers bus 100 % hydrogène est prévue à la fin de l'été.



: Le biplace électrique Bristell Energic prend son envol avec Renata

Le biplace électrique Bristell Energic prend son envol avec Renata

Dévoilé le 21 juin à l'aéroport de Sion en Suisse, le Bristell Electric est un avion biplace conçu par la start-up suisse H55. Digne héritier du projet Solar Impulse 2, dont l'un des pilotes est cofondateur de H55, cet appareil destiné à la formation des pilotes dans les écoles d'aviation est équipé d'un système de propulsion électrique certifié.


Version zéro émission du Bristell de BRM Aero, il est le fruit d'une fructueuse collaboration entre différents acteurs dont Siemens, Silence Aircraft, Insysta, Tonic, CimArk, Swatch Hamilton et... Renata Batteries, également filiale du groupe Swatch. Son autonomie est d'environ une heure ou de vingt minutes lorsqu'il passe en mode "voltiges".


Avec ce projet ambitieux, les cofondateurs de H55 espèrent ouvrir la voie au développement de taxi-volants d'ici 5 ans et être en mesure de réaliser des vols à moyenne distance dans 10 ans.


 



: Saft embarque bientôt à bord d'un nouvel avion chinois

Saft embarque bientôt à bord d'un nouvel avion chinois

AVIC, groupe aéronautique chinois fondé en 1951 dont la croissance connait un bond exceptionnel, a annoncé la signature d'un contrat avec Saft. L'accord, dont on ignore le montant, porte sur la livraison de batteries ULM.


Ces dernières équiperont le nouvel avion de transport régional MA700, à raison de deux batteries par appareil. Ce nouvel avion équipé de 80 places court et moyen-courrier commencera son envol dès 2020.


Déjà mises en place dans le cadre des programmes MA60 et MA600 du même avionneur, mais aussi sur les avions C919 et ARJ21 de COMAC, ces batteries ULM conçues par Saft ont largement démontré leurs performances et leur fiabilité. Elles serviront à fournir la puissance nécessaire au démarrage du groupe auxiliaire de puissance, mais déliveront aussi l'énergie de secours des systèmes vitaux en cas de défaillance.


Avec ce nouveau contrat, Saft renforce sa place de leader dans le secteur aérospatial chinois, mais aussi mondial.



: Le français Saft fait l'acquisition d'une société américaine

Le français Saft fait l'acquisition d'une société américaine

Le français Saft, aujourd'hui filiale du groupe Total, vient d'annoncer l'acquisition de l'intégralité du capital social de Go Electric Inc. Cette société américaine est spécialisée dans la conception de solutions de stockage d'énergie destinée aux micro-réseaux.


La technologie développée par cette entreprise basée dans l'Indiana vise à isoler les clients du réseau principal, en cas de panne, pour leur permettre de continuer leur activité. Une technologie déjà déployée aux États-Unis et au Canada sur des sites commerciaux et des sites militaires qui peut intégrer et répartir de grandes quantité d'énergie renouvelables.



: Du lithium dans l'eau : une bonne idée ?

Que se passe-t-il si l'on met du lithium dans un verre d'eau ? Un internaute a fait l'expérience en vidéo. Pour un résultat plutôt explosif que le jeune homme a certainement aussitôt regretté !


Vous l'aurez compris, il s'agit-là d'une expérience potentiellement très dangereuse qu'il ne faut SURTOUT PAS reproduire chez vous, au risque de sévèrement vous blesser ou mettre le feu à votre habitation !



: Sommet des acteurs du lithium à Santiago du Chili

Sommet des acteurs du lithium à Santiago du Chili

Plus de 400 entreprises impliquées dans le secteur du lithium se réunissent cette semaine à Santiago du Chili (premier pays producteur de lithium) pour la 11e édition de la conférence mondiale "Offre et Marchés", organisée par l'agence Fastmarkets.


L'occasion d'évoquer quelques sujets parmi les plus brulants du moment, dont l'explosion des ventes de voitures hybrides et électriques ou encore le manque de transparence concernant les prix du précieux métal qui ont connu des épisodes de grande instabilité avec des chutes et des pics très importants. Actuellement, le prix d'une tonne de lithium est d'environ 12 000 dollars.


Quant à la demande, elle devrait considérablement augmenter dans les années à venir. Selon les analystes du cabinet britannique Roskill, on pourrait atteindre une demande équivalente à 1 million de tonnes de carbonate de lithium en 2026. À titre de comparaison, la demande était d'un peu plus de 320 000 tonnes en 2018.


Pour atteindre ces objectifs, il va falloir investir. Selon les spécialistes, la majorité de ces futurs investissements concerneront quatre acteurs parmi les plus importants du secteur : Tianqi Lithium (Chine), SQM (Chili), Albemarle et Livent (USA).


Source : LesEchos



: Varta veut accélérer sa production

Varta veut accélérer sa production

Varta a récemment récupéré sa division grand public (précédemment détenue par Energizer qui a été contraint par la Commission européenne de céder Varta Consumer Batteries à Varta).


Le groupe allemand ambitionne désormais de procéder à l'augmentation sa production de cellules de batteries en la faisant passer à 100 millions d'ici 2021, avec une première phase à 80 millions en 2020. L'objectif : répondre à un marché qui connaît une croissance fulgurante, supérieure à 30 % par an.


Varta espère par ailleurs détenir environ la moitié du marché des batteries lithium-ion d'ici 2020. Pour y parvenir, la firme prévoit d'investir environ 100 millions d'euros en prenant appui sur ses fonds propres et sur une éventuelle augmentation de capital.



: Alstom fournit des trains à hydrogène à l'Allemagne

Alstom fournit des trains à hydrogène à l'Allemagne

Alstom vient de remporter un contrat de 360 millions d'euros. L'objet de la transaction : Fournir 27 trains régionaux utilisant des piles à combustible à la région de Francfort.


Ces trains, dont la maintenance et la livraison d'hydrogène devraient être assurées par Alstom pendant 25 ans, vont progressivement remplacer les trains au diesel sur lesquels les autorités locales ont décidé de faire une croix, pour des raisons principalement environnementales.


Garantis "zéro émission" (si ce n'est de la vapeur d'eau et de l'eau condensée), 14 des 27 trains commandés devraient commencer leur labeur d'ici 2022. Une fois mis en service, ils devraient permettre à l'Allemagne de se hisser à la première place des pays possédant le plus grand nombre de trains à hydrogène dans le monde.



: La batterie au lithium textile venue de Hong Kong

La batterie au lithium textile venue de Hong Kong

Une équipe de chercheurs de l'Institut du textile et du vêtement (ITC) de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) vient de dévoiler une pile au lithium textile. Performante, fiable et surtout flexible, elle se destine à diverses applications, telles que les textiles intelligents, la médecine, les smartphones, l'internet des objets...


Dotée d'une densité énergétique de plus de 450 Wh/L et d'une épaisseur de 0,5 mm, l'invention de PolyU possède un rayon de courbure inférieur à 1 mm, avec une capacité de pliabilité supérieure à 1 000 cycles. En termes de vitesse de recharge et de durée de vie, PolyU annonce des performances comparables à celles des batteries au lithium classiques.


Les tests réalisés en laboratoire ont quant à eux démontré la sécurisation, la stabilité et la durabilité des batteries flexibles de PolyU, même sous la contrainte (pliage, martelage, coupe).


Selon le professeur Zheng Zijian, à la tête de l'équipe de recherche, cette technologie, qui a déjà remporté trois prix durant le dernier Salon international des inventions de Genève, pourrait avantageusement répondre aux besoins d'un marché de l'électronique portable qui devrait connaître une croissance de 20 % par an.


 


Source : Mode in Textile



: Apple promet plus de transparence sur ses batteries

Apple promet plus de transparence sur ses batteries

Il y a quelques jours, Apple s'est fait rappeler à l'ordre par un groupe de consommateurs britanniques pour avoir surévalué l'autonomie des batteries de ses derniers smartphones.


De son côté, la Competition and Markets Authority (CMA), l'équivalent britannique de notre Autorité de la concurrence, s'intéresse depuis 2018 pratiques du célèbre constructeur, après une dégradation des performances de certains iPhone à la suite d'une mise à jour de leur OS. C'est plus spécifiquement la version 10.2.1 qui a beaucoup fait parler d'elle début 2017.


À la suite de cette enquête, Apple s'est engagé à fournir à ses utilisateurs des "informations claires et compréhensibles" sur ses batteries et l'éventuel impact des mises à jour logicielles sur leurs performances, par le biais de notifications.


Apple doit également améliorer l'accessibilité des informations relatives à l'état de la batterie et les extinctions inopinées de l'appareil liées à la dégradation naturelle des composants internes. Les utilisateurs devraient par ailleurs profiter de conseils pour optimiser les performances de leurs batteries.


Si le groupe ne respecte pas ses engagements, il pourrait faire l'objet d'une action devant les tribunaux.



: Une équipe japonaise conçoit des batteries auto-réparables

Une équipe japonaise conçoit des batteries auto-réparables

Des ingénieurs de l'Université de Tokyo auraient trouvé le moyen de produire des batteries ayant la capacité de s'autoréparer.


Comme vous le savez sans doute, les batteries au lithium-ion perdent de leur capacité de recharge au fil du temps, à cause de la formation de dendrites et de fissures. C'est pour cette raison qu'elles finissent parfois par devenir totalement inutilisables au bout de quelques années seulement. Un phénomène problématique pour le consommateur, mais dont les conséquences sur l'environnement ne sont pas non plus à prendre à la légère.


Une équipe d'ingénieurs de l'Université de Tokyo, menée par le professeur Atsuo Yamada, serait toutefois parvenue à mettre au point un procédé d'autoréparation permettant de considérablement améliorer la durée de vie des batteries.


Les scientifiques japonais ont conçu un accumulateur en s'appuyant sur un matériau modèle, l'oxyde d'oxygène redox, ont non seulement observé une diminution de la dégradation due aux recharges, mais aussi la réparation des différentes couches. Un phénomène surprenant qui serait dû à l'attraction coulombique, une force plus importante que la force de Van der Waals, responsable directe de la dégradation des batteries.


 


Image d'illustration : Adafruit Industries



: Un procédé capable de recycler 95 % des batteries lithium-ion

Un procédé capable de recycler 95 % des batteries lithium-ion

Une entreprise québécoise a annoncé qu'elle était en mesure de recycler 95 % des matériaux des batteries au lithium-ion, apportant ainsi une réponse concrète aux problèmes de pollution et d'approvisionnement.


Contenant des matériaux issus d'une industrie peu soucieuse des enjeux écologiques, les véhicules électriques sont régulièrement sous le feu des critiques. Certains observateurs commencent même à douter très sérieusement de la pertinence d'une telle technologie, pourtant longtemps présentée comme "l'alternative écologique aux énergies fossiles".


Heureusement, certaines entreprises tentent d'améliorer l'image du secteur de l'électrique en apportant des solutions innovantes. C'est notamment le cas de Recyclage Lithion, une société québécoise qui mène des recherche dans le domaine de l'approvisionnement et de la pollution liés aux batteries lithium-ion. Elle vient de mettre au point un procédé permettant de recycler 95 % des composants des batteries au lithium-ion usagées pour les réutiliser dans de nouvelles batteries.


Le projet a été mené conjointement avec des ingénieurs industriels experts de Seneca, le laboratoire du Centre d'études des procédés chimiques du Québec du Collège de Maisonneuve et le Centre d'excellence en électrification des transports et stockage d'énergie. Il permettrait d'obtenir des matériaux purifiés et pourrait permettre un recyclage infini. Tout du moins, en théorie.


De la suite dans les idées, Recyclage Lithion a d'ores et déjà prévu la construction d'une usine à Montréal. Cette usine pilote, dont l'ouverture est prévue pour 2020, permettra de valider l'efficacité du procédé et de l'améliorer. Elle pourra traiter 200 tonnes de batteries usagées par an. Si le succès est au rendez-vous, cette première usine pourrait même avoir une "petite soeur" capable de traiter 2 000 tonnes par an, voir 10 000 tonnes !


 


Source : Auto123


 



: Projet Super-Lion : pour des batteries plus fines et sécurisées

Projet Super-Lion : pour des batteries plus fines et sécurisées

Malgré leur popularité et leur prédominance dans nos smartphones et autres appareils nomades, les batteries lithium-ion sont régulièrement sous le feu de vives critiques. En cause : des problèmes de sécurité, des performances aujourd'hui assez limitées, un impact environnemental et social important et une matière première qui commence à se faire rare.


En réponse aux batteries lithium-ion actuelles possèdent un électrolyte liquide qui peut causer une certaine instabilité, le Docteur Knut Bjarne Gandrud, soutenu par le programme Marie Curie et assisté par deux étudiants, a conçu un électrolyte solide.


Si l'idée n'est pas nouvelle, ce projet, nommé SUPER-Lion, va plus loin en introduisant un électrolyte certes solide, mais surtout ultramince. D'une épaisseur de 40 nanomètres, le dispositif ouvre la voie à une génération de batteries capable d'alimenter des appareils aux dimensions extrêmement réduites.


Outre sa taille de guêpe, la technologie développée par le Dr Gandrud a dévoilé une durée de vie plus longue qu'une batterie similaire contenant un électrolyte liquide, même si elle ne permet pas, pour le moment, une restitution complète de la capacité de la batterie une fois celle-ci déchargée.



: Boeing remet le prix de fournisseur de l'année à Saft

Boeing remet le prix de fournisseur de l'année à Saft

Le 8 mai dernier, Boeing a remis le prix "Fournisseur de l'Année" (catégorie "Advantage Award") à Saft pour ses batteries. La société française fait partie des 13 fournisseurs à s'être vu décerner une distinction, parmi les quelque 12 000 fournisseurs, répartis dans 57 pays, que compte actuellement le groupe américain.


Ce prix vient distinguer les fournisseurs dont les produits et les services présentent un vrai avantage concurrentiel et qui ont dépassé les objectifs et la rentabilité attendus.


En 2018, Saft a remporté un nouveau contrat avec Boeing, visant à fournir des systèmes embarqués de batteries rechargeables au nickel destinés aux Boeing 777 et 777-X.



: Iphone : une autonomie surévaluée par Apple ?

Iphone : une autonomie surévaluée par Apple ?

Selon le groupe de consommateurs Which?, Apple aurait quelque peu surévalué l'autonomie des batteries de ses smartphones.


Après avoir testé 9 iPhone en contexte d'appel continu, l'organisme britannique a en effet constaté une différence de 18 % à 51 % entre les estimations d'Apple et les résultats obtenus. L'écart serait particulièrement marqué pour l'autonomie en conversation avec l'iPhone XR : un peu plus de 16 heures et 30 minutes, contre 25 heures annoncées par le constructeur !


À titre de comparaison, sur les quatre autres marques testées, seule HTC aurait légèrement surévaluée les performances de ses appareils, avec un écart raisonnable de 5 %. Nokia, Samsung et Sony ont pour leur part tendance à sous-évaluer l'autonomie de leurs smarphones respectifs.


Après la publication de l'étude, Apple n'a pas manqué de monter au créneau en affirmant avoir réalisé des tests rigoureux sur des appareils d'ailleurs conçus pour gérer intelligemment la consommation d'énergie dans le but d'améliorer la durée de vie des batteries.


 


Source : Forbes


 



: Pile à hydrogène : Bosch se lance dans l'arène

Pile à hydrogène : Bosch se lance dans l'arène

Bosch, que l'on connait notamment pour son implication importante dans l'industrie automobile, a décidé de se lancer à son tour dans la grande bataille de la pile à hydrogène, après l'arrêt de sa production de batteries électriques.


L'équipementier allemand vient en effet d'annoncer un partenariat avec Powercell Sweden AB, ancienne filiale suédoise de Volvo. L'objectif de cette union : mettre sur le marché une pile à combustible d'ici 2022. La collaboration portera notamment sur le développement du coeur des piles, dans lequel ont lieu les réactions chimiques permettant de générer de l'énergie.


Dénuée de rejets carbone, dotée d'une meilleure autonomie que les batteries électriques et d'une recharge de vitesse supérieure à ces dernières, la pile à combustible à hydrogène est confrontée à un problème majeur. La fabrication de son "carburant", l'hydrogène, nécessite beaucoup d'énergie. Qui plus est, le nombre de stations qui permettent aux véhicules à hydrogène de refaire le plein reste pour l'heure très limité.


 


Source : Le Point



: Une batterie de sous-marin qui se recharge avec des excréments de poissons

Une batterie de sous-marin qui se recharge avec des excréments de poissons

Indispensables à l'exploration des fonds marins, les sous-marins modernes sont dotés de batteries dont l'autonomie reste encore aujourd'hui très limitée. Des performances qui impliquent des remontées régulières et qui poussent parfois les scientifiques à abandonner leur engin dans les profondeurs.


La marine américaine s'est fixée pour projet de résoudre cet épineux problème en tirant parti des piles à bactéries ou piles microbiennes (MFCs). Leur pouvoir : générer de l'énergie en utilisant les excréments de poisson, à la fois renouvelables et particulièrement abondants.


Ces piles, dont le mode de fonctionnement est déjà connu et testé dans d'autres contextes, s'appuient ainsi sur la voracité de certaines bactéries envers les déchets organiques. En contact avec le dépôt d'excréments, les bactéries libèrent des électrons au moment de leur digestion, permettant ainsi à la pile de se recharger.


À l'oeuvre depuis 2014, l'équipe de scientifiques à l'origine du projet est parvenue à maintenir en état de fonctionnement un capteur pendant huit mois à l'aide d'une pile miniature. Pour l'heure, le rendement de ces piles, encore très faible, ne permet toutefois pas d'envisager le rechargement d'une batterie de sous-marin.


 


Source : Sciences et Avenir





© Mega Piles - 4.8 / 5 sur 9125 avis