Menu

Saft : pour son métro, Moscou fait le choix du made in France

Saft : pour son métro, Moscou fait le choix du made in France

Image : © SAFT

En circulation d'ici 2023, les nouvelles rames du métro de Moscou vont prochainement être équipées de batteries-nickel tout droit sorties de l’usine de Saft de Bordeaux.

En l'espace de quelques années, la capitale russe est devenue l'une des références européennes en matière de mobilité électrique dans les transports publics. Filiale de TotalEnergies, le français SAFT a décroché un contrat, à la suite d'une période de négociation longue de plusieurs mois, devant ses concurrents indiens et chinois.

Serge Llompart, directeur de Saft Bordeaux, justifie ce succès en mettant en avant la conception, la fiabilité et la durabilité des batteries MSX Nickel, conçues par le fabricant français. Des avantages, en plus d'une excellente résistance aux basses températures, qui ont achevé de convaincre KSC Group, fournisseur russe de systèmes ferroviaires.

Dans le cadre du contrat, la société Saft s'est engagée à livrer près de 1240 kits de batteries dotés de cellules MSX au nickel, qui seront mises en place sur les rames Moskva-2020, dont la mise en service est prévue pour la fin de l'année 2023. Chaque kit contient ainsi environ 80 kilos de nickel de classe 1, matériau central transformé dans l'usine de Saft située à Bordeaux. 

Pour fabriquer ses batteries MSX, Saft achète plusieurs tonnes de nickel de haute pureté chaque année auprès des producteurs métallurgistes, tels que Eramet, Vale, Glencore ou Trafigura.

Outre la Russie, les technologies pourraient bien intéresser d'autres pays, dont les Outre-Mer et la Nouvelle-Calédonie. Récemment, le phare du port de Göteborg en Suède a également choisi Saft pour ses batteries électriques afin d'alimenter ses feux de navigation. Un système à la fois plus fiable, mais aussi moins coûteux qu'un câble d'alimentation sous-marin.